Politique

Maroc : arrestation d’un Belge qui serait lié aux attentats du 13 novembre à Paris

Un ressortissant belge d’origine marocaine qui serait en lien direct avec les auteurs des attentats de Paris du 13 novembre, a été arrêté vendredi dernier à Mohammedia, ont indiqué les autorités marocaines, par communiqué. Il sera déféré devant la justice du pays, sitôt l’enquête achevée.

Par
Mis à jour le 18 janvier 2016 à 19:05

Évacuation d’une personne blessée lors de l’attaque au Bataclan, le 13 novembre 2015, Paris. © AFP

Le bureau central des investigations judiciaires, le « FBI » marocain,  a réussi à « arrêter, vendredi dernier, un ressortissant belge d’origine marocaine, en relation direct avec certains auteurs des attentats terroristes perpétrés en novembre dernier » qui ont fait 130 morts à Paris, a annoncé le ministère marocain de l’Intérieur, dans un communiqué publié lundi 18 janvier.

L’homme dont l’identité complète n’a pas été dévoilée, a été arrêté dans la ville de Mohammedia, à moins de 30 kilomètres de Casablanca.

D’après les informations fournies par le ministère marocain de l’Intérieur, « le prévenu a voyagé en Syrie à partir de la Belgique en compagnie de l’un des kamikazes de Saint Denis (Paris) pour rejoindre, dans un premier temps, le ‘front Al-Nosra’ – la branche syrienne d’Al-Qaïda – avant de rallier, par la suite, les rangs de l’organisation ‘Daesh’ – l’acronyme arabe de l’État islamique ».

En lien avec « le cerveau » présumé des attentats

Lors de son séjour en Syrie, « il a bénéficié d’entraînements militaires sur le maniement de différents types d’armes et sur les techniques de guérilla, avant d’être affecté sur l’un des fronts du conflit ». C’est à ce moment-là qu’il noue « des liens étroits avec des dirigeants de Daesh, dont le cerveau des attentats de Paris » indique le communiqué.

Toujours d’après l’enquête marocaine, le Belge a quitté ensuite la Syrie pour la Turquie puis s’est rendu en Allemagne et en Belgique avant d’arriver au Maroc via les Pays-Bas.

Selon le communiqué, le prévenu sera présenté devant la justice dès la fin de l’enquête.