Politique

Somalie : un camp de l’Union africaine attaqué par des Shebab, plusieurs morts

Par
Mis à jour le 15 janvier 2016 à 11:07

Des soldats de l’Amisom, en Somalie, le 5 octobre 2014. © Tobin Jones/AP/SIPA

Les islamistes somaliens shebab ont pris d’assaut vendredi 15 janvier un camp du sud de la Somalie hébergeant des militaires kényans de l’Amisom, la Force de l’Union africaine (UA) en Somalie, et des soldats somaliens. Selon les premières informations, des morts sont à déplorer.

Les Shebab « ont lancé une offensive contre une base militaire à El-Adde », dans la région méridionale de Gedo, frontalière du Kenya et de l’Éthiopie, a déclaré le colonel Idris Ahmed, évoquant « d’intenses combats » et « des pertes ».

« Un kamikaze s’est fait exploser avant que les islamistes ne lancent l’assaut », a-t-il précisé. « Il semble qu’ils aient pénétré dans la base, où étaient stationnés des troupes somaliennes et kényanes », a-t-il encore ajouté. Une information reprise sur le compte Twitter de l’Amisom : « Nous confirmons une attaque contre nos troupes à El-Adde ».

Bilan encore inconnu

Les Shebab ont affirmé avoir tué 63 soldats kényans et pris le contrôle de la position, un bilan impossible à vérifier de manière indépendante. « Les moudjahidines ont mené une opération réussie ce matin sur une base militaire d’El-Adde et ont tué beaucoup de soldats chrétiens du Kenya », a affirmé un de leurs porte-parole Cheikh Abdulaziz Abu Musab.

À l’image des précédentes attaques, l’Amisom n’a pour l’heure fourni aucun bilan. Le porte-parole de l’armée kényane, le colonel David Obonyo, a de son côté affirmé que l’installation attaquée vers 1h GMT était un camp de l’Armée nationale somalienne (SNA) proche de celui des troupes kényanes de l’Amisom.

« Le camp de la SNA a été envahi et les troupes kényanes ont contre-attaqué pour soutenir la SNA. Les combats se poursuivent (…) et le bilan des pertes de chaque côté est inconnu », a-t-il indiqué dans un communiqué publié vers 7h30 GMT.

« De nombreux cadavres »

Selon Hussein Adam, un chef traditionnel d’un village proche, il y a eu une forte explosion, suivi instantanément par des échanges de tirs. Cela a continué avec intensité durant environ 45 minutes avant que les combattants shebab ne s’emparent du camp des soldats kényans. « Nous ne savons pas quels sont les pertes mais les gens qui se sont rendus sur place ont vu de nombreux cadavres », a-t-il déclaré.

C’est la troisième attaque d’ampleur menée contre une base de l’Amisom dans le sud somalien depuis six mois. Les shebab avaient attaqué fin juin une base burundaise à Lego, puis un camp ougandais à Janale.

La force africaine avait reconnu des pertes dans ses rangs, sans donner de bilan précis. À chaque fois, les Shebab avaient affirmé avoir tué une cinquantaine de soldats.