Défense

Coup d’État déjoué au Niger : quatre personnes sont passées aux aveux selon Niamey

| Par
Le pont sur le fleuve Niger à Niamey.

Le pont sur le fleuve Niger à Niamey. © Vincent Fournier pour J.A.

Quatre personnes arrêtées après le coup d’État déjoué de décembre sont passées aux aveux, a affirmé mercredi 13 janvier à la presse le ministre de la Défense Mahamadou Karidio.

Ces quatre suspects ont sollicité la clémence de Niamey, a précisé le ministre, rapporte l’agence de presse britannique Reuters. Au total, au moins treize personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête menée après le coup d’État déjoué, a ajouté le ministre. Parmi eux, un civil et plusieurs hauts gradés de l’armée nigérienne.

Ces derniers devraient être présentés à la justice dans les prochains jours, rapporte par ailleurs RFI.

Tentative de coup d’État

Le président nigérien Mahamadou Issoufou avait affirmé qu’une tentative de coup d’État avait été déjouée lors d’une allocution à la télévision nationale le 17 décembre 2015. « L’objectif de ces individus animés par je ne sais quelle motivation était de renverser les institutions démocratiquement élues », avait affirmé le président nigérien, candidat à sa succession lors de la présidentielle du 21 février.

Hama Amadou entendu lors des investigations 

Hama Amadou, son principal opposant emprisonné pour une affaire de trafic présumé de bébé depuis deux mois, a lui aussi été entendu dans le cadre de l’enquête sur le coup d’État avorté depuis la prison de Filingué, à 180 km au nord-est de Niamey.

Ce n’est pas la première fois que Mahamadou Issoufou dit déjouer un coup d’État. En 2011, il avait déjà annoncé avoir empêché un putsch, toujours dans un message à la nation.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte