Économie

Le câble sous-marin MainOne reliant le Nigeria au Cameroun est opérationnel

Sa mise en service a eu lieu en décembre. L’infrastructure permettra de fournir 1,28 térabit/seconde de capacité, relevant ainsi le taux de pénétration du haut débit fixe du Cameroun.

Par - à Yaoundé
Mis à jour le 12 janvier 2016 à 10:19

Le nouveau câble sous-marin doit permettre de relever l’accès, encore très bas, de l’internet à haut débit au Cameroun. Ici, l’installation d’un câble analogue au Kenya. © STRINGER/AP/SIPA

Dans un communiqué paru le 11 janvier, le fournisseur nigérian de services de télécommunication MainOne a annoncé la mise en service, depuis décembre, du segment de son câble sous-marin reliant Lagos, poumon économique du Nigeria, à Kribi. L’inauguration officielle du point d’atterrissement de ce câble dans la cité balnéaire du sud du Cameroun se fera dans les prochains jours, a indiqué à Jeune Afrique un responsable de Cameroon Telecommunications (Camtel), l’opérateur public camerounais de téléphonie.

Haut débit fixe

Réalisée pour un montant de 14 milliards de F CFA (environ 21,3 millions d’euros) par le gouvernement camerounais et fruit d’un partenariat entre MainOne, le ministère des Postes et Télécommunications et l’équipementier chinois Huawei Marine Network, cette infrastructure longue de 1 100 km, dont l’installation a duré six mois, permettra de fournir une capacité de 1,28 terabit/seconde.

« Cette extension devrait stimuler le taux de pénétration extrêmement faible du haut débit fixe au Cameroun, actuellement estimée à environ 5 % du pays », précise le communiqué de MainOne.

Capacité

Ce câble sous-marin s’ajoute aux projets SAT3, WACS et ACE déjà gérés par Camtel. L’opérateur public vise à faire passer la capacité totale du réseau au Cameroun de 20 gigabits/seconde à 3 térabits/seconde.

Lancé en 2010, le câble sous-marin MainOne qui borde la côte ouest-africaine s’étend sur 7 000 km et fait l’objet d’une exploitation par le Nigeria, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Sénégal.