Politique

Niger : la demande de remise en liberté provisoire de Hama Amadou une nouvelle fois rejetée

Par
Mis à jour le 12 janvier 2016 à 09:04

Hama Amadou, officiellement candidat à la présidentielle, lors du scrutin de 2011. © Tagaza Djibo/AP/SIPA

Hama Amadou, principal opposant au président Issoufou, restera en prison. La justice nigérienne, appelée à se prononcer sur une remise en liberté provisoire, a rejeté la demande lundi 11 janvier.

Il s’agit du second rejet prononcé par la justice nigérienne. Début décembre, la demande de liberté provisoire de Hama Amadou, écroué depuis près de deux mois pour un trafic présumé de bébés, avait été rejetée par la Cour de cassation, qui l’avait alors déclarée « irrecevable », rappelle l’agence de presse Reuters.

Candidature validée 

C’est donc depuis sa cellule que l’ex-président de l’Assemblée nationale devra faire campagne pour la présidentielle du 21 février. Car s’il reste emprisonné, sa candidature a bel et bien été validée par la Cour constitutionnelle, a annoncé samedi 9 janvier le ministère de l’Intérieur.

Arrestation à sa descente d’avion

Après un an d’exil en raison d’accusations de trafic de bébés, Hama Amadou avait été arrêté le 14 novembre dès sa descente d’avion à l’aéroport de Niamey. Il avait ensuite été transféré à Filingué, le ministre de la Justice estimant les conditions de détention inappropriées à la maison d’arrêt de la capitale.