Bourse

Indice boursier : la BRVM revendique la meilleure performance africaine en 2015

Salle des marchés de la bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) , le 2 août 2012, Abidjan, Côte d'Ivoire.

Salle des marchés de la bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) , le 2 août 2012, Abidjan, Côte d'Ivoire. © Olivier pour JA

Dans un communiqué, la Bourse basée à Abidjan indique s’être classée en tête des places africaines en termes de progression de son indice composite.

BRVM Composite, l’indice rassemblant toutes les valeurs cotées de la Bourse régionale des valeurs mobilières, était en hausse de + 17,77 % sur un an , au 31 décembre 2015, a indiqué ce lundi la BRVM.

Selon la place boursière ouest-africaine, commune aux huit pays de l’UEMOA, cette performance place la BRVM « en tête des bourses africaines en termes de progression de son indice de toutes les valeurs cotées ».

D’après les chiffres du site spécialisé african-markets.com, cité par la BRVM, durant l’année écoulée, la croissance en monnaie locale de l’indice composite de la BRVM (+17,77 %) est supérieure à celle du MASI de la Bourse de Casablanca (-7,22 %), du NGSE ASI de la Nigerian Stock Exchange (-17,36 %), du JSE ASI de la Bourse de Johannesbourg (+ 1,85 %) et de Tunindex de la Bourse de Tunis (-0,94 %).

BRVM

Graphique fourni par la BRVM. NB : l'indice EGX 30 ne représente que les 30 entreprises les plus liquides et les plus actives de la Bourse du Caire. © BRVM

Attractive

Dans son communiqué, la BRVM attribue cette performance « à la consolidation de la croissance en Côte d’Ivoire et dans l’ensemble de l’Union économique et monétaire ouest-africaine ainsi qu’aux perspectives de développement de [cette région] qui la rendent attractive pour les investisseurs ».

L’institution, qui a multiplié les sessions de rencontre avec les investisseurs occidentaux, attribue d’ailleurs une partie des bons résultats de son indice composite à « la stratégie de promotion régionale et internationale déployée depuis plus de trois ans par ses dirigeants ».

Limites

Il est important de noter, toutefois, qu’en termes de capitalisation, de nombre d’entreprises cotées et de liquidité du marché, la BRVM demeure encore loin des grandes bourses africaines, telles que Casa, Johannesburg et Lagos.

Sa capitalisation atteignait environ 7 500 milliards de F CFA (11,43 milliards d’euros) fin 2015, contre près de 55 milliards d’euros à Casablanca, 45 milliards d’euros à Lagos et bien loin derrière Johannesburg, la première place boursière avec une capitalisation supérieure au milliard de dollars en 2014.

Semestre

La performance annuelle de l’indice composite de la Bourse d’Abidjan tient à un second semestre 2015 particulièrement solide.

Comme le montre le graphique ci-dessous, tiré des données du site de l’association panafricaine des places boursières (ASEA), après une évolution modérée entre janvier et mai, l’indice de la BRVM a nettement progressé durant les mois de juin à août, avant de se maintenir à ce niveau durant le restant de l’année, à rebours des performances de l’indice de la Bourse de Casa et de celui de la Bourse de Lagos, notamment.

 

Données : African Securities Exchange Association

Évolution en 2015 des indices composites d'une sélection de bourses africaines. Le niveau de tous les indices a été fixé à 100 en début de période, pour pouvoir comparer les évolutions sur l'année. En rouge, l'indice composite de la Bourse de Casa, en vert celui de la Bourse de Lagos, en bleu celui de la Bourse d'Abidjan. © Données : African Securities Exchange Association

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte