Défense

Nigeria : Buhari prêt à négocier avec Boko Haram la libération des « filles de Chibok »

| Par AFP
Mis à jour le 01 janvier 2016 à 16h49
Le président nigérian Muhammadu Buhari, au Bourget, près de Paris, pour la COP21, le 30 novembre 2015.

Le président nigérian Muhammadu Buhari, au Bourget, près de Paris, pour la COP21, le 30 novembre 2015. © Jacques Demarthon / AFP

Le gouvernement nigérian est prêt à négocier avec « une direction crédible » du mouvement islamiste Boko Haram la libération des 200 jeunes filles dont l’enlèvement en avril 2014 à Chibok avait soulevé une vague d’indignation mondiale, a assuré mercredi le président Muhammadu Buhari.

« Nous sommes à la recherche d’une direction crédible de Boko Haram qui nous confirme que les jeunes filles sont toujours en vie », a affirmé le président à l’occasion d’un nouveau programme d’échange avec les auditeurs à la radio-télévision.

« Nous sommes prêts à négocier sans condition avec une direction crédible de Boko Haram » pour obtenir la libération des jeunes filles, à propos desquelles les autorités ne disposent d’aucune information, a-t-il souligné.

Un total de 276 jeunes filles avaient été enlevées le 14 avril 2014 par Boko Haram alors qu’elles se préparaient à passer des examens scolaires, à Chibok, dans l’Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, berceau du groupe islamiste.

Quelques dizaines d’entre elles avaient réussi à l’échapper mais environ 200 d’entre elles sont restées aux mains de Boko Haram, dont l’insurrection a fait plus de 17.000 morts et 2,5 millions de déplacés depuis 2009.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte