Politique

Congo-Brazzaville : la présidentielle fixée au 20 mars 2016

La décision a été officialisée mercredi en Conseil des ministres : le premier tour de l’élection présidentielle au Congo-Brazzaville aura lieu le 20 mars 2016.

Par
Mis à jour le 31 décembre 2015 à 09:02

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, le 25 octobre 2015 à Brazzaville. © AFP

Comme Jeune Afrique l’avait annoncé, l’élection présidentielle au Congo-Brazzaville aura lieu la deuxième quinzaine du mois de mars, le 20 plus précisément. Une date entérinée mercredi 30 décembre lors du dernier Conseil des ministres de l’année, présidé par le chef de l’État Denis Sassou N’Guesso.

Ce dernier avait annoncé le 22 décembre lors d’un discours à la nation, prononcé devant l’Assemblée nationale, que la présidentielle de 2016, prévue initialement pour le mois de juillet, serait ramenée au premier trimestre de l’année afin de tourner au plus vite la page ouverte par l’adoption, le 25 octobre, de la nouvelle Constitution.

Le gouvernement a ensuite soumis au Parlement l’adoption d’un projet de loi électoral qui prévoit entre autres la mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante et l’expérimentation du bulletin unique pendant la présidentielle.

Institutions « illégitimes »

Reste à connaître la réaction de l’opposition. « La présidentielle annoncée est un artifice pour permettre à Denis Sassou Nguesso de passer de sa situation inconfortable d’aujourd’hui à une situation plus confortable. Un artifice pour basculer d’une Constitution à une autre », avait déclaré à Jeune Afrique Guy-Romain Kinfoussia, porte-parole du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et de l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) en réaction à l’avance du scrutin, considérant que les institutions actuelles, présidence de la République y compris, sont désormais « illégitimes ».