Diplomatie

Diplomatie : les relations entre le Burkina et la Côte d’Ivoire au cœur de l’investiture de Kaboré

Le nouveau président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré (G) et son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, lors de la cérémonie d'investiture à Ouagadougou, le 29 décembre 2015. © AHMED OUOBA/AFP

Roch Marc Christian Kaboré, le nouveau président élu du Burkina Faso, a été investi mardi à Ouagadougou en présence de nombreux chefs d'État africains. Celle de son homologue ivoirien Alassane Ouattara a tout particulièrement retenu l'attention. Il faut dire que les relations entre les deux pays sont assez compliquées.

C’est à la tête d’une forte délégation que le président ivoirien Alassane Ouattara s’est rendu à Ouagadougou mardi 29 décembre pour assister à l’investiture de Roch Marc Christian Kaboré, le nouveau président élu du Burkina Faso. Son ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko – un proche de Kaboré -, celui des Affaires étrangères, Charles Koffy Diby, ou encore Amadou Gon Coulibaly, le secrétaire général de la présidence avec rang de ministre d’État, l’ont ainsi accompagné.

Avec l’ensemble de la délégation ivoirienne, ADO a ensuite rendu visite au Mogho Naaba. Chef suprême des Mossis et plus haute autorité traditionnelle du pays, ce dernier a joué un rôle central dans les dernières crises qui ont frappé le Burkina, au moment de la chute de Compaoré et après le coup d’État manqué de septembre.

La présence d’Alassane Ouattara à l’investiture de son homologue burkinabé revêtait un caractère particulier. Car plus d’une semaine après l’annonce de l’émission d’un mandat d’arrêt international contre l’ancien président Blaise Compaoré, en exil à Abidjan, et même si la demande n’a pas encore été officiellement transmise aux autorités ivoiriennes, on ne sait toujours pas quelle sera la réaction d’Abidjan face aux exigences judiciaires de leurs voisins burkinabé.

L’émission de ce mandat d’arrêt international risque en effet de compliquer les relations entre Ouagadougou et Abidjan. Ami de longue date de Compaoré, le président ivoirien Alassane Ouattara a accueilli son « frère » Blaise après sa chute et semble peu disposé à le laisser tomber. Mais il est aussi en bons termes avec son nouvel homologue Roch Kaboré, qu’il connait depuis longtemps et avec lequel il devra composer durant les cinq années à venir.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte