Politique

Guinée-Bissau : le Premier ministre Carlos Correia n’obtient pas la confiance des députés

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 24 décembre 2015 à 10h08
Le Premier ministre de Guinée-Bissau, Carlos Correia, à Bissau le 17 septembre 2015.

Le Premier ministre de Guinée-Bissau, Carlos Correia, à Bissau le 17 septembre 2015. © Alfa Ba/AFP

La déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre de Guinée-Bissau, Carlos Correia, n’a pas été approuvée mercredi par la majorité des députés présents dans l’hémicycle.

Sur 101 députés présents, 45 ont voté en faveur du programme du nouveau Premier ministre bissau-guinéen, Carlos Correia, 56 députés, dont quinze du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir) se sont abstenus.

« La motion de confiance sollicitée par le Premier ministre, Carlos Correia, a donc été rejetée », a déclaré le président de l’Assemblée nationale après le comptage de voix.

« Les députés ont rejeté le programme que je leur ai proposé, j’accepte et j’assume. Je crois qu’ils reviendront à de meilleurs sentiments », a expliqué de son côté le nouveau chef du gouvernement bissau-guinéen, visiblement agacé.

Carlos Correia dispose désormais de 15 jours pour revoir son projet de politique générale.

La Guinée-Bissau au bord d’une nouvelle crise institutionnelle

« En cas de second échec, il doit purement et simplement démissionner », a affirmé Suleimane Cassama, juriste et analyste politique. Une hypothèse qui pourrait ouvrir une nouvelle crise « aux conséquences imprévisibles », selon les observateurs.

Tension et agressions verbales ont agité l’hémicycle depuis le début des travaux lundi entre un groupe de députés dissidents du PAIGC, soutenus par le Parti de la rénovation sociale (PRS, 41 siège), principale force d’opposition, et la majorité du parti. La séance a été plusieurs fois interrompue par le président de l’Assemblée.

« Le PRS reste ouvert au dialogue. Nous sommes toujours disposés à négocier avec le PAIGC pour l’intérêt national », a tenté de rassurer Certorio Biote, chef du groupe parlementaire de ce parti.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte