Elections

Centrafrique – Anicet-Georges Dologuélé : « Mes priorités : sécurité, relance économique et emploi des jeunes »

Anicet Dologuélé lors du Congrès de l'URCA, le 11 juillet 2015. © DR

Ancien président de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC), Anicet-Georges Dologuélé est à la tête d'un jeune parti, l’Union pour le renouveau centrafricain (Urca, créée en octobre 2013). Candidat à la présidentielle du 27 décembre, il détaille ses ambitions pour la Centrafrique.

Jeune Afrique : Vous êtes candidat à l’élection présidentielle qui aura lieu le 27 décembre, quels sont vos principaux axes de campagne ?

Anicet-Georges Dologuélé : J’ai trois priorités : la sécurité, relancer l’économie et l’emploi des jeunes. Il nous faut profiter de la présence des Nations unies et de la coopération internationale pour créer une nouvelle armée centrafricaine sur des bases transparentes et former les forces de sécurité intérieure. Cela peut être fait en six mois en se basant sur celles qui existent déjà. Je préconise ainsi de réaffecter 2 000 membres des Forces armées centrafricaines (FACA) dans la gendarmerie pour les former rapidement au maintien de l’ordre.

En ce qui concerne l’emploi des jeunes, je propose de réorienter tous les jeunes diplômés sans emploi dans des métiers pratiques, cela pourrait leur permettre d’obtenir des microcrédits et de créer de toutes petites entreprises. Il faut en parallèle revoir complètement le système éducatif pour l’adapter aux besoins du pays en favorisant les formations techniques et professionnelles.

Pour relancer notre économie, il est primordial d’attirer les entreprises en Centrafrique à travers des mesures administratives, fiscales et sécuritaires afin qu’elles puissent exploiter nos nombreuses richesses. Dans le même temps, nous devons accompagner des entrepreneurs centrafricains, ou ceux qui ont envie de le devenir, à travers des financements adaptés.

Comment faire pour que l’armée nationale soit représentative de l’ensemble des composantes de la nation centrafricaine ?

Ce n’est pas compliqué. Le DDR (Désarmement, démobilisation et réinsertion) va entraîner une forte démobilisation chez les FACA qui ont été membres des anti-balaka ou des Séléka et qui ont atteint la limite d’âge. Ces départs seront compensés par un recrutement sur des bases équilibrées, intellectuellement et régionalement.

On peut faire des grands discours au sujet du DDR mais tout est une question de leadership

Le DDR peut-il enfin fonctionner en RCA ?

C’est un gagne-pain pour beaucoup de monde. On peut faire des grands discours à ce sujet mais tout est une question de leadership. Il faut mettre en place une équipe qui assure le suivi et utilise efficacement l’argent qui nous est donné. Car, on sait que mieux vous utilisez les ressources de la communauté internationale, plus vous en recevez.

Comment mettre fin à l’ostracisation du Nord et du Nord-Est ?

L’important est de mettre en place un développement économique équilibré de toutes les régions pour que chacun ait l’impression de bénéficier d’une partie du changement opéré dans le pays. Une fois que les gens sont « calmés » économiquement, ils sont plus ouverts à la réconciliation. Les grands discours sans résultat économique, les signatures de convention ne fonctionnent pas. Il faut faire bouger l’économique pour que chacun est quelque chose à défendre.

Il faut faire bouger l’économique pour que chacun est quelque chose à défendre

Noureddine Adam doit-il être arrêté et jugé ?

Tout ceux qui ont commis des crimes de sang à grande échelle doivent répondre de leurs crimes devant la justice centrafricaine ou internationale.

François Bozizé peut-il rentrer à Bangui ?

S’il n’a aucun problème avec la justice, il sera traité comme un ancien chef d’État, au même titre que les anciens présidents vivants.

La présidente de transition Catherine Samba-Panza a-t-elle réussi sa mission ?

C’est difficile à dire parce que le gros du travail a été réalisé par la communauté internationale et avec une meilleure organisation du gouvernement on serait arrivé aux élections bien plus tôt.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte