Économie

Le FMI accorde 28,7 millions de dollars au Tchad

Ce montant constitue la deuxième tranche de l’accord triennal de facilité élargie de crédit (FEC) portant sur 148,4 millions de dollars. Confronté à la chute des cours du brut et au choc sécuritaire en rapport avec Boko Haram, Ndjamena veut prévenir les difficultés de balance de paiements.

Mis à jour le 17 décembre 2015 à 14:58

Vue de la Place de la Nation. à N’Djamena, capitale du Tchad. © Abdoulaye Barry/ Jeune Afrique

Le conseil d’administration du FMI a approuvé le déblocage de 28,7 millions de dollars en faveur du Tchad, le 14 décembre. Suite à ce décaissement, la deuxième tranche de l’accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) approuvé en août 2014, l’institution de Bretton Woods aura déboursé au total 75,1 millions de dollars.

Arrêtée dans un premier temps à 111,3 millions de dollars, l’enveloppe globale destinée à N’Djamena a récemment fait l’objet d’une réévaluation et s’élève à présent à 148,4 millions de dollars.

Balance

Ce mécanisme vise, selon l’institution de Bretton woods, à « s’attaquer aux problèmes prolongés de financement de la balance des paiements, qui tiennent à une réduction des recettes pétrolières, préserver une couverture adéquate des réserves de change et jouer un rôle de catalyseur pour obtenir une aide bilatérale et multilatérale. »

Confrontée à un double choc – baisse des cours du brut, dont les revenus représentent près de la moitié de ses recettes budgétaires, et l’insécurité orchestrée par les insurgés de Boko Haram -, l’économie tchadienne est à la peine. Après avoir stagné à 6,9% en 2014 et 2015, le taux de croissance devrait, selon le FMI, décrocher l’année prochaine, pour se situer à 4,2%.