Dossier

Cet article est issu du dossier «Rétro : l'Afrique en 2015»

Voir tout le sommaire
Technologie

Réseaux sociaux : comment se sont comportés les chefs d’État africains sur Twitter en 2015

Vingt-neuf "comptes personnels" des chefs d’État africains répertoriés en 2015.

Vingt-neuf "comptes personnels" des chefs d’État africains répertoriés en 2015. © Webtreats/Flickr/CC

Comptes personnels ou institutionnels, les chefs d’État du continent gazouillent de plus en plus sur Twitter. En 2015, qui sont les utilisateurs confirmés et les débutants ? Tour d’horizon.

Ils n’étaient que six cinq (le compte @PaulBiya ayant été décertifié) à posséder des comptes certifiés sur Twitter en 2013. Deux ans plus tard, le cap des 10 est atteint ! Sur le site de microblogging, dix chefs d’État africains portent désormais un badge bleu collé sur leurs profils à la fin 2015.

Les cinq nouveaux bénéficiaires de cette authentification sur le réseau social sont le Gabonais Ali Bongo Ondimba, le Nigérian Muhammadou Buhari, le Sénégalais Macky Sall, l’Ougandais Yoweri Museveni et le Burundais Pierre Nkurunziza dont le pays se trouve au bord d’une guerre civile depuis sa réélection controversée pour un troisième mandat.

>> Cliquez ci-dessous pour faire défiler les comptes Twitter des chefs d’État africains  <<

Kagamé, chef d’État africain le plus populaire en 2015 mais…

Sur les 29 comptes personnels des chefs d’État africains répertoriés en 2015, celui du président rwandais, Paul Kagamé, demeure le plus populaire avec plus de 1,3 million de followers. Il est suivi de près par celui de son homologue kényan, Uhuru Kenyatta, qui compte plus de 1,2 million d’abonnés. Le podium est complété par l’Égyptien Abdel Fattah al-Sissi (572 000 abonnés). Alors que Jacob Zuma (504 781 abonnés), leader du classement en 2013, campe désormais à la cinquième place. Le président sud-africain a été devancé même par le tout nouveau venu, le Nigérian Muhammadu Buhari (près de 505 000 abonnés) qui a rejoint Twitter fin décembre 2014.

>> Passez la souris sur les barres pour voir le nombre des abonnés de chaque chef d’État africain  retenu dans le top 10 en 2015  <<

 

Mais lorsque l’on considère le ratio entre le nombre des followers et celui des abonnements, la donne change : le chef d’État africain le plus populaire, Paul Kagamé, échoue au pied du podium. C’est le Sud-Africain Jacob Zuma qui trône au sommet du classement. D’autant qu’à la fin 2015, il ne suit que cinq comptes alors que près de 400 000 twittos le follow.

>> Passez la souris sur les barres pour voir le ratio entre followers et abonnements de chaque chef d’État africain  retenu dans le top 10 en 2015 <<

… le chef d’État africain le plus actif en 2015 est : Muhammadu Buhari

Le Nigérian Muhammadu Buhari est le chef d’État africain le plus actif sur le réseau social en 2015. Le président nigérian a tweeté 1 565 fois, soit une moyenne de 4,47 messages de 140 caractères par jour.

Inversement, certains chefs d’État africains étaient moins bavards sur le réseau social au petit oiseau bleu en 2015. Jacob Zuma par exemple, malgré la contestation populaire qui ne cesse de monter à son encontre en Afrique du Sud, ne s’est fendu que d’un message de remerciements, à la mi-février, adressé « à tous ceux qui [lui] ont envoyé des suggestions constructives sur des questions à aborder » lors de son discours sur l’état de la nation. Un tweet en une année.

Jacob Zuma a toutefois fait mieux que le Guinéen Alpha Condé, le Sierra-leonais Ernest Bai Koroma ou le Malien Ibrahim Boubakar Keïta dont les comptes ont été inactifs tout au long de l’année 2015.

>> Passez la souris sur les barres pour voir la moyenne de tweets par jour de chaque chef d’État africain retenu dans le top 10 en 2015 <<

Les 10 tweets les plus RT en 2015

Plus actif de tous ses pairs du continent, Muhammadu Buhari remporte également le palme d’or du chef d’État africain auteur du tweet le plus relayé sur Twitter en 2015 : plus de 4 300 retweets (RT) pour un message posté sur le réseau social le 29 mars, appelant ses compatriotes à « faire preuve de patience et de vigilance » dans l’attente des résultats de la présidentielle organisée la veille dans le pays.

Le président nigérian n’est pas le seul chef d’État africain à avoir eu un tel impact cette année sur Twitter. Certains de ses homologues – Abdel Fattah al-Sissi (2176 RT pour son tweet le plus partagé en 2015), Paul Kagamé (1344), Uhuru Kenyatta (1328), Jakaya Kikwete (652) et Pierre Nkurunziza (500) notamment – ont également vu quelques-uns de leurs tweets devenir viraux sur le réseau social.

Aussi faut-il relever qu’en près de sept ans de présence sur Twitter,  100 % des tweets du président rwandais, Paul Kagamé, ont été repartagés par les autres twittos. Aucun chef d’État africain n’a, pour l’instant, réussi cette performance. Même si beaucoup suivent le pas. À l’instar de son homologue ougandais, Yoweri Musekeni, avec 99, 51 % des tweets retrweetés en 2015, mais aussi le Camerounais Paul Biya dont 97,92 % de ses 384 tweets ont été relayés par les utilisateurs du réseau social.

Les chefs d’État africains les plus interactifs en 2015

Mais cette puissance de frappe ne classe pas Paul Biya parmi les chefs d’État les plus interactifs sur Twitter. D’autant qu’en 2015, le président camerounais n’a répondu ou interpellé aucun twitto.

Dans cette catégorie, c’est encore l’homme fort de Kigali qui l’emporte. Près de 40 % des tweets postés par le président rwandais en 2015 sont constitués des échanges avec les autres twittos. Sur le podium, l’on doit signaler la présence du chef de l’État gambien, Yahya Jammeh, dont les interactions avec les autres utilisateurs représentent 27 % de ses 15 tweets publiés cette année.

>> Passez la souris sur les barres pour voir le pourcentages d’interactions dans les tweets  de chaque chef d’État africain retenu <<

Quid des « comptes institutionnels » ?

Plusieurs chefs d’État africains distillent également leurs messages sur Twitter via des comptes attachés à leur présidence de la République. Nous en avons répertoriés 17 dont 3 complètement inactifs (celles de la présidence du Ghana, du Liberia et de la Sierra Leone) en 2015.

Là encore, tous les comptes institutionnels ne sont pas logés à la même enseigne : 9 (Burundi, Kenya, Somalie, Mali, Rwanda, Afrique du Sud, Gabon, Côte d’Ivoire, Tunisie) sont certifiés par Twitter alors que les 8 autres (Madagascar, Ouganda, Ghana, Guinée, Liberia, Niger, Seychelles, Sierra Leone) ne le sont pas encore. Obtiendront-ils bientôt leur badge certifié bleu ? Rendez-vous fin 2016.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte