Économie

La Compagnie chérifienne de chocolaterie s’installe au Cameroun

Mis à jour le 14 mai 2012 à 14:45

Connue au Maroc sous la marque Aiguebelle, la Compagnie chérifienne de chocolaterie va construire une usine au Cameroun. De quoi doubler la production de chocolat du pays.

Les Marocains poursuivent leur offensive au Cameroun. Dans la foulée de la reprise de la Société camerounaise de banque par Attijariwafa bank, opération finalisée au 1er semestre 2011, plusieurs hommes d’affaires chérifiens ont montré leur intérêt pour la principale puissance économique d’Afrique centrale francophone. Quelques jours après Anas Sefrioui et son projet de cimenterie, la Compagnie chérifienne de Chocolaterie prend en effet le relais avec un projet d’usine de transformation de cacao. Dirigée par Amine Berrada, cette entreprise est plus connue au Maroc sous la marque Aiguebelle.

Cinquième producteur mondial

Selon le ministre du Commerce camerounais, Luc Magloire Atanga, cité par l’agence Reuters, « la Compagnie chérifienne de cholaterie va construire une usine de production de chocolat importante et moderne via sa filiale Cameroon Investment Company ». Le début des travaux est prévu pour juin et l’entrée en production d’ici à la fin de l’année. L’usine aura une capacité de 40 000 tonnes par an.

Le projet, dont le coût est estimé par le ministre à 30 à 50 milliards de F CFA (46 à 76 millions d’euros), permettra d’employer 500 personnes. Avec 220 000 tonnes de production en 2010-2011, le Cameroun est le cinquième producteur mondial de cacao. Mais l’essentiel de la récolte est exportée sans aucune transformation. Le pays ne compte qu’une seule structure de broyage de fève, Sic-Cacao (filiale de Barry-Callebaut), et jusqu’à aujourd’hui une seule chocolaterie, Chococam, propriété du géant sud-africain de l’agroalimentaire Tiger Brands.