Économie

La BAD soutient le plan solaire marocain

Réuni à Tunis le 16 mai, le directoire de la Banque africaine de développement a débloqué près de 250 millions d’euros pour le financement de la centrale solaire de Ouarzazate.

Par
Mis à jour le 17 mai 2012 à 10:56

Le plan solaire marocain prévoit d’augmenter la production d’énergie solaire de 2000MW d’ici 2020. © AFP

Afin de porter la part des énergies renouvelables à 42% du mix énergétique, le Maroc a lancé en 2009 un ambitieux plan solaire qui prévoit des investissements de 9 milliards de dollars pour l’installation de 2000MW d’ici 2020. La centrale solaire à concentration (ou centrale solaire thermique) de Ouarzazate, avec ses 500MW, est l’un des piliers de cette stratégie.

La Banque africaine de développement (BAD) vient d’ajouter sa pierre à l’édifice en apportant des financements pour la première phase du projet. Elle a accordé un prêt de 168 millions d’euros ainsi qu’une contribution de 100 millions de dollars (78,6 millions d’euros) à travers le Fonds pour les technologies propres (FTP), plus particulièrement destiné au plan solaire du royaume.

Un projet à un milliard d’euros

Depuis 2009, la Banque assiste le Maroc dans la formulation de son plan d’investissement à travers le FTP. Ainsi, le comité du fonds a déjà approuvé un financement de 197 millions de dollars en juin 2011 pour cette centrale (dont 100 millions issus de la BAD).

Le projet sera financé conjointement par six autres agences parmi lesquelles la Banque mondiale, la Banque européenne d’investissement, l’Agence française de développement ainsi que des institutions marocaines.

Estimée à plus d’un milliard d’euros, la centrale solaire de Ouarzazate a aussi valeur de prouesse technologique pour le royaume. En effet, ce sera la première du pays à utiliser la technologie thermique. En outre, elle pourrait être la plus importante du continent africain. Sa finalisation est prévue pour 2015.