Sécurité

Catastrophes naturelles, épidémies… : quelle est la résistance de votre pays face aux crises qui le menacent ?

| Par
Mis à jour le 04 décembre 2015 à 10h25
L’armée nigériane en patrouille à Gwoza.

L'armée nigériane en patrouille à Gwoza. © Lekan Oyekanmi/AP/SIPA

Catastrophes naturelles, dépendance économique, faiblesse de l’État… Votre pays est-il capable de répondre aux menaces ? C’est une des questions à laquelle a tenté de répondre le Fonds des Nations unies pour la population, dans un rapport rendu public jeudi. Le point en infographies.

Dans le monde, plus d’un milliard de personnes ont vu leur existence bouleversée par une crise. Guerres, épidémies, séismes ou encore tsunamis ont donc rythmé le quotidien d’une personne sur sept actuellement en vie sur la planète. Un chiffre qui ne cesse de croître, notamment du fait de l’effet grandissant des catastrophes naturelles, qui touchent quelque 200 millions de personnes par an.

Seulement, souligne le dernier rapport du Fonds des Nations unies pour la population, les populations ne sont pas égales face aux crises. Les niveaux de pauvreté, d’éducation, d’urbanisation, d’accès à la justice ou à la santé sont ainsi autant de facteurs d’inégalités, qui rendent plus vulnérables de nombreuses populations, notamment au Sahel et en Afrique centrale.

En la matière, le continent africain peut mieux faire – malgré des progrès dans la santé et l’éducation. D’autant que, le plus souvent, la capacité de l’État à réagir en cas de crise majeur reste relativement faible, comme on a notamment pu le constater avec l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest.

Jeune Afrique vous propose de mesurer la vulnérabilité de votre pays avec quatre cartes interactives.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte