COP21 : la bonne gouvernance n’est-elle pas aussi une condition au développement durable ?

| Par
KAM

© KAM

Paris accueille du 30 novembre au 11 décembre la COP21, la conférence internationale sur le climat, sous l’égide des Nations unies. Cette conférence doit établir les bases d’un nouvel accord international qui engage l’ensemble des nations à une réduction globale des émissions de gaz à effet de serre, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

L’Afrique a beaucoup à attendre de cette COP21 car si elle est très peu responsable des émissions de gaz à effet, elle les subit cependant de plein fouet, comme en témoigne par exemple la menace de la disparition du lac Tchad qui fait aujourd’hui vivre plus de 50 millions de personnes.

Cependant la lutte contre le réchauffement climatique mondial n’est qu’un aspect du développement durable qui doit satisfaire trois préoccupations : l’écologique, l’économique et le social qui englobe le politique.

La bonne gouvernance est ainsi une condition nécessaire au développement durable de l’Afrique. La société civile africaine souhaiterait que cette question fasse aussi partie des engagements que les gouvernements d’Afrique peuvent tenir dans le cadre de cette COP21, et au-delà.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer