Environnement
Un fermier sud-africain sur ses terres desséchées, le 12 novembre 2015, à Groot Marico © Themba Hadebe/AP/SIPA

Cet article est issu du dossier

COP21 : qu’attendons-nous pour agir contre le dérèglement climatique ?

Voir tout le sommaire
Économie

Tapera Industries, la start-up zambienne qui transforme l’huile alimentaire en biocarburant

Tapera Industries produit 3 000 litres d’essence par mois, à partir d’huiles de cuisine recyclées, pour un chiffre d’affaires de 15 000 dollars environ. Les huiles proviennent des hôtels et restaurants de Lusaka.

Mis à jour le 27 octobre 2016 à 16:48

Vue d’une machine de Tapera Industries à Lusaka, en Zambie. © www.taperabio.biz/

À 30 ans, Mutoba Ngoma, entrepreneur zambien, est à la tête de Tapera Industries, une startup qui produit du biocarburant à partir d’huile alimentaire recyclée. Ingénieur aéronautique de formation, Mutoba Ngoma a étudié au Kenya et en Angleterre.

De retour au pays, il intègre la compagnie aérienne Zambian Airways Ltd, jusqu’à ce que l’entreprise fasse faillite.

Convaincu du potentiel des énergies renouvelables après avoir regardé un reportage sur le Brésil, il crée Tapera en 2006 avec en tête l’idée d’augmenter la production de carburant durable en Zambie et créer de nouvelles opportunités d’emploi. La Zambie est touchée par des pénuries fréquentes de carburant.

3 000 litres d’essence par mois

Aujourd’hui Tapera Industries produit 3 000 litres d’essence par mois, à partir d’huiles de cuisine recyclées, pour un chiffre d’affaires de 15 000 dollars environ. Les huiles proviennent des hôtels et restaurants de Lusaka.

Le biocarburant est obtenu par un processus de retraitement à chaleur intense qui donne à la viscosité de l’huile une structure similaire à celle du gasoil fossile. Il permet d’alimenter des voitures et des machines.

Mais l’un des challenges est de trouver suffisamment d’huiles végétales usées pour fabriquer le biocarburant. Pour diversifier ses débouchés, Tapera Industries fabrique aussi des savons organiques.