Société

Immigration : le nombre de migrants ayant traversé la Méditerranée a quadruplé en 2015

Le nombre de migrants ayant traversé la Méditerranée a quadruplé par rapport à 2014, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). La situation des enfants devient à elle seule une crise, selon l’UNICEF.

Par
Mis à jour le 1 décembre 2015 à 14:26

Un bateau pneumatique chargé de migrants, en mer Méditerranée. © AFP

Quelque 878 000 personnes sont arrivées depuis janvier 2015, selon les données dévoilées par l’OIM. Elles étaient 220 000 en 2014. La traversée a coûté la vie à 3 563 personnes, immense majorité des quelque 5 000 décès de migrants que prévoit l’OIM pour 2015 dans le monde. 

La Grèce est le principal point d’entrée par terre ou par mer, avec cinq fois plus d’afflux que l’Italie. Les Syriens constituent eux de loin le contingent le plus important en terme de nationalité avec près de 400 000 ressortissants.

Le nombre d’arrivées a augmenté à nouveau cette semaine après un recul la semaine dernière, dû notamment aux grèves des ferries en Grèce, mais aussi aux températures hivernales et à l’activité des autorités turques. Il a diminué pour la première fois cette année en novembre, s’établissant à 140 000 contre 220 000 en octobre, selon le Haut Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

20% d’enfants

Parmi les migrants qui traversent la Méditerranée, 52% sont désormais des femmes et des enfants, contre 27% cet été. Pris séparément, les enfants totalisaient 10% des arrivées en juin contre un tiers en octobre. Sur l’ensemble de l’année, la proportion d’enfants atteint 20%. Et environ 1 000 enfants ont perdu la vie.

La situation « est en train de devenir une crise pour les enfants », notamment en raison du recul des températures, a indiqué une porte-parole du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), Sarah Crowe.

Le nombre de demandeurs d’asile en Europe est aussi en hausse, de janvier à septembre. Il a quasiment doublé par rapport à la même période de l’année dernière pour dépasser les 800 000 requêtes. Parmi elles, environ un quart concerne des enfants, comme l’année dernière.