Diplomatie

Bénin : pour Lionel Zinsou, la « Françafrique » est un « mythe »

Lionel Zinsou est le Premier ministre du Bénin.

Lionel Zinsou est le Premier ministre du Bénin. © Bruno Levy pour JA

Le Premier ministre béninois Lionel Zinsou, a déclaré sur les ondes de France Inter que les rapports de domination entre la France et ses anciennes colonies africaines « n’existent plus qu’à l’état résiduel et folklorique ».

« La Françafrique, c’est un mythe.  Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de gens qui pensent en Afrique que la France occupe trop de place », a déclaré mardi matin M. Zinsou sur la radio France inter. « La vraie situation, c’est que la France a perdu pas mal de terrain en termes de parts de marché, en termes d’influence », a poursuivi Lionel Zinsou, en soulignant l’entrée en force sur le continent des pays émergents, Chine en tête.

L’Afrique, « une puissance qui a sa dynamique propre »

« Nous avons eu des réseaux de domination qui ont duré plus longtemps que la période de la colonisation et se sont étendus dans les premières années de l’indépendance », a-t-il jugé. « Mais désormais, l’Afrique est en soi une puissance qui a sa dynamique propre et donc les rapports de domination et d’exclusive sont des choses qui n’existent plus qu’à l’état résiduel et folklorique. » Le Premier ministre béninois a d’autre part affirmé que la France a évolué :  « Pour elle, les plus importants des pays en termes d’investissements en Afrique sont le Nigeria, l’Afrique du Sud qui sont en dehors du pré carré français constitué des anciennes colonies francophones. »

Défense du franc CFA

Lionel Zinsou a par ailleurs pris la défense du franc CFA, accusé par certains politiques et économistes africains de freiner le développement de l’Afrique. « C’est une monnaie stable, prévisible dont la parité est fixée sur l’euro », a-t-il détaillé en estimant que la plupart des pays cherchent à avoir une parité fixe avec leur premier partenaire commercial. « Ce que les gens ne supportent pas, c’est l’idée que le Trésor français continue de gérer une partie -d’ailleurs très minoritaire- des réserves extérieures des pays de la zone franc », a-t-il estimé.

Pour garantir la parité du franc CFA par rapport à l’euro, les États africains doivent déposer 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor français. « C’est quelque chose qui pourrait tout à fait s’aménager et qui serait bien perçu », a jugé Lionel Zinsou.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte