Energie

Orange et Engie s’allient sur des projets électriques en Afrique

Au Mali, des lampes solaires mobiles éclairent des villages sans courant.

Au Mali, des lampes solaires mobiles éclairent des villages sans courant. © AFP

Les groupes français Orange et Engie ont annoncé ce vendredi la signature d’un partenariat en Afrique centré sur l’électrification des zones rurales et l’optimisation énergétique des structures télécoms de l’opérateur sur l’ensemble du continent.

L’objectif de ce partenariat est d’expérimenter des solutions d’alimentation électrique domestique pour les population rurales qui pourraient être commercialisées par Orange, ont précisé les deux groupes dans leur communiqué.

D’une durée de 18 mois, il doit entrer dans une phase active de test durant le second semestre 2016, au Maroc, où les deux groupes sont présents, Sénégal et Mali, avant d’envisager une généralisation en fin d’année.

« Le continent sera une sorte de laboratoire avec des besoins considérables. Ce partenariat nous permet de nous appuyer sur la colonne vertébrale d’Orange, très présent en Afrique, pour pouvoir nous y développer « , a expliqué à l’AFP Isabelle Kocher, la directrice générale déléguée d’Engie (ex-GDF).

Mini-réseaux

Concrètement, cela passerait par la mise à disposition de kits solaires individuels ou de mini-réseaux électriques locaux, alliant énergie renouvelable et une batterie, dont la facturation pourrait passer par le service de paiement mobile de l’opérateur, Orange Money.

« C’est un des actifs que nous apportons, avec nos 15 millions de clients. C’est une facilité de facturation et paiement qui a fait ses preuves, qui nous permet de fidéliser nos abonnés et dans le même temps qui a l’intérêt de pouvoir intégrer de nouvelles verticales, comme avec l’énergie », a détaillé Stéphane Richard, le PDG d’Orange.

« Nous avons la conviction que ce continent va sauter une génération de technologies, que dans beaucoup de zones peu denses, ces solutions de mini-réseaux répondront à la demande. Et que l’Afrique a la possibilité de devenir le premier continent renouvelable », a ajouté Mme Kocher.

En parallèle, Engie réalisera l’optimisation de l’alimentation électrique des infrastructures d’Orange sur le continent, avec pour objectif d’améliorer la stabilité et la sécurité de l’alimentation et diminuer l’empreinte énergétique de ces dernières.

Renforcement

Il s’agit également d’un renforcement des activités des deux groupes français sur le continent africain, où Orange est présent dans 19 pays, en comptant également le Moyen-Orient, et négocie pour acquérir les filiales de l’opérateur mobile indien Bharti Airtel au Burkina Faso, au Congo, au Tchad et en Sierra Leone.

Engie pour sa part exploite au total 760 megawatts (MW) sur le continent, où il vient de créer une unité spécialisée et le groupe ambitionne de devenir l’un des principaux énergéticiens d’ici 2025.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte