Défense

Maroc : démantèlement d’une cellule liée à l’État islamique

Officiers de la police marocaine devant la direction générale de la surveillance du territoire. Avril 2015

Officiers de la police marocaine devant la direction générale de la surveillance du territoire. Avril 2015 © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Le ministère de l'Intérieur a annoncé jeudi 26 novembre le démantèlement d'une "cellule terroriste" dont les membres sont liés au groupe extrémiste sunnite État islamique et planifiaient des attentats.

La cellule formée de deux hommes et d’une femme était active à Fès dans le centre du pays, à Casablanca dans l’ouest, et à Ouled Taima au sud, a indiqué le ministère dans un communiqué. L’enquête a révélé que les trois personnes suivaient les instructions du groupe terroriste État Islamique (EI), et planifiaient des attaques terroristes dans le royaume.

Rabat collabore avec Paris et Bruxelles

C’est la troisième fois depuis les attentats de Paris, le 13 novembre, que les autorités marocaines annoncent l’arrestation de personnes présentées comme liées à l’EI. Un renseignement marocain a contribué la semaine dernière à mettre les enquêteurs français sur la piste du Belgo-Marocain Abdelhamid Abaaoud, l’organisateur présumé des attentats, tué le 18 novembre lors d’un assaut policier à Saint-Denis, près de Paris.

La Belgique a par ailleurs demandé au Maroc « une collaboration étroite et poussée en matière de renseignements et de sécurité », a indiqué lundi le ministère marocain de l’Intérieur alors que la traque de suspects impliqués dans les attentats de Paris se poursuivait en Belgique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte