Bourse

La Bourse de Casablanca va enfin ouvrir son capital

La Bourse de Casablanca. © Alexandre Dupeyron pour JA

Au terme de négociations difficiles qui ont duré plusieurs mois, pouvoirs publics et sociétés de Bourse se sont enfin mis d’accord sur la nouvelle structure de l’actionnariat de la société gestionnaire de la place casablancaise.

Attendu depuis plusieurs mois, le schéma de démutualisation du capital de la Société gestionnaire de la Bourse des valeurs de Casablanca (SBVC), vient d’être approuvé.

Ce mercredi 25 novembre, Mohamed Boussaid, le ministre marocain de l’Économie et des Finances, a présidé la signature d’un mémorandum d’entente qui fixe le schéma d’ouverture du capital de cet établissement.

Alors qu’il était jusque-là limité aux seules sociétés d’intermédiation boursière, le futur tour de table inclura en plus les banques (39 %), les entreprises d’assurance (11 %), mais aussi la Caisse de dépôt et de gestion (CDG, 25 %) et Casablanca Finance City Authority (CFCA, 5 %). La part des sociétés d’intermédiation boursière sera ramenée à 20 %.

L’idée est de redonner « un nouveau souffle à cette institution et enclencher une nouvelle étape dans son développement (…) au vu des ambitions de s’ouvrir sur notre continent, l’Afrique, dans le cadre d’une approche de co-développement et de co-émergence », selon une déclaration du département des Finances.

Vision stratégique

Ce projet s’inscrit par ailleurs dans une vision stratégique plus large de relance et de développement de marché. Celle-ci est axée sur le renforcement de la supervision et de la transparence, mais aussi le développement de la place casablancaise avec la mise en œuvre de nouvelles réglementations et d’une nouvelle génération d’instruments financiers qui devraient améliorer la profondeur et la liquidité du marché.

Concrètement, la nouvelle société gestionnaire sera une holding à même de prendre des participations en tant qu’actionnaire de référence dans les différentes institutions de marché. Il est question d’ailleurs de créer une société gestionnaire du futur marché à terme ainsi qu’une chambre de compensation.

Une valorisation à réaliser

Mais si ce schéma d’ouverture est désormais arrêté, les parties concernées ont encore du pain sur la planche avant d’en arriver à sa concrétisation. Ils ont jusqu’au 15 décembre pour réaliser une valorisation de la société gestionnaire sur la base de laquelle l’entrée des nouveaux actionnaires pourrait être effectuée.

Une assemblée générale devra être tenue avant la fin de l’année pour entériner les modalités de cette opération, ainsi que les contours du pacte d’actionnaires et l’harmonisation des statuts, entre autres.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte