Sécurité

Somalie : un chef shebab menace d’« égorger » ses combattants tentés de rejoindre Daesh

Des combattants islamistes affiliés à Al-Qaïda, dans la région de Lower Shabelle, le 17 février 2011, en Somalie. © Abdurashid Abdulle/AFP

Muhammad Abu Abdalla, bras droit de feu Ahmed Abdi «Godane », « émir » suprême des Shebab tué en septembre 2014, a menacé mardi d'« égorger » les membres du mouvement qui seront tentés de s'allier avec l'État islamique (EI).

C’est Al-Qaïda ou rien ! Chez les Shebab, tout combattant qui voudrait rejoindre Daesh risque désormais d’être « égorger ».  En tout cas, c’est ce que leur promet Muhammad Abu Abdalla, l’un de leurs chefs. « Quiconque dit appartenir à un autre mouvement islamique, tuez-le immédiatement », a-il lancé, le 24 novembre, sur les ondes d’une radio qui leur est proche.

« C’est une décision collective : quiconque veut adhérer à un autre groupe islamique doit quitter le pays et les rejoindre là où ils se trouvent », a poursuivi ce chef shebab. « Je jure, au nom de Dieu, que nous ne tolérerons pas les actes de saboteurs ». Entendez ceux qui veulent prêter allégeance au groupe État islamique.

Muhammad Abu Abdalla est un proche de feu Ahmed Abdi « Godane », « émir » suprême des Shebab tué en septembre 2014, qui avait fait allégeance dès 2009 à Oussama Ben Laden. Le numéro un d’Al-Qaïda et successeur de Ben Laden, Ayman Al-Zawahiri, avait promu Godane chef des « moujahidines » d’Afrique de l’Est, après la mort le 8 juin 2011 à Mogadiscio du Comorien Fazul Abdullah Muhammad, chef d’Al-Qaïda dans la région.

Des Shebab divisés face à la montée de Daesh

Des divisions sont apparues au sein des Shebab à la faveur de la montée en puissance de Daesh, qui attire de plus en plus de jihadistes étrangers et de groupes islamistes.

Si la direction actuelle reste fidèle à Al-Qaïda, des figures-clés du mouvement militent pour un rapprochement avec l’État islamique (EI). Un chef local des Shebab, Abdul Qadir Mumin, a fait allégeance fin octobre à l’EI, mais il semble qu’il ait été peu suivi au sein de ses troupes.

Selon des observateurs, seule une poignée de groupes shebab ont récemment fait défection vers l’EI. Ils ont été châtiés et leurs chefs tués par les fidèles d’Ahmed Diriye, le successeur de « Godane », qui cherche à raffermir son autorité.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte