Société

Attentats de Paris : les derniers éléments de l’enquête, une semaine après les attaques 

Deux jours après l’assaut lancé à Saint-Denis, au nord de Paris, le procureur de la République a fait savoir ce vendredi que trois personnes avaient été tuées, parmi lesquelles Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attaques et sa cousine, Hasna Aitboulahcen.

Par
Mis à jour le 20 novembre 2015 à 16:05

Des fleurs et des bougies devant le bar Le Carillon, © Frank Augstein/AP/SIPA

  • Trois morts et l’identité de Hasna Aitboulahcen confirmée
Un des corps identifiés dans l’appartement de Saint-Denis contre lequel l’assaut a été donné mercredi est bien celui de Hasna Aitboulahcen, 26 ans, la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, comme l’annonçait Jeune Afrique le jour même. La mort du jihadiste belgo-marocain, commanditaire présumé des attentats de Paris, avait quant elle été confirmée jeudi. Jusqu’alors, les enquêteurs avaient fait état de deux morts dans l’assaut mais ils ont annoncé vendredi qu’une troisième personne avait également été tuée. « Des fragments de corps appartenant selon toute vraisemblance à un autre homme ont été retrouvés et son identification est en cours », a déclaré à une source judiciaire.
  • Toujours à la recherche de Salah Abdeslam
 Les enquêteurs sont toujours à la recherche de Salah Abdeslam, l’un des auteurs présumés des attentats du 13 novembre. Ils sont convaincus que son frère, Brahim, était dans le commando qui a attaqué plusieurs terrasses de cafés ou restaurants, avant de se faire exploser boulevard Voltaire.
Son cadet, Salah, introuvable depuis qu’il a sans doute été exfiltré par deux complices présumés inculpés en Belgique, est soupçonné d’avoir également fait partie de ce commando.
  • Abdelhamid Abaaoud filmé à Paris le soir des attaques
Abdelhamid Abaaoud a-t-il participé lui-même à l’attaque des terrasses de cafés dans les 11e et 10e arrondissements de Paris ? Il a été filmé resquillant dans une station de métro de Montreuil (banlieue est de Paris), vers 21H00 GMT, le soir des attentats, a-t-on appris vendredi de source policière. Jihadiste aguerri faisant l’objet d’un mandat d’arrêt européen et international, Abdelhamid Abaaoud, se trouvait donc à proximité du lieu où une voiture Seat noire, utilisée par un commando de trois hommes qui ont mitraillé plusieurs terrasses de bars et restaurants, a été abandonnée le 13 novembre.
  • Un bilan qui s’alourdit à 130 morts

Le Premier ministre français Manuel Valls a également annoncé vendredi que le bilan passait de 129 à 130 morts. Plus de 350 personnes ont également été blessées. Un hommage national sera rendu aux victimes le 27 novembre aux Invalides.