Mines

Côte d’Ivoire : fermeture d’une mine suspectée d’être contrôlée par Wattao

| Par Jeune Afrique
La production d'or en Côte d'Ivoire est estimée à 18 tonnes en 2014.

La production d'or en Côte d'Ivoire est estimée à 18 tonnes en 2014. © Reuters

Les revenus tirés de la production d’or de cette mine étaient estimés à 97 millions de dollars par an, selon des experts de l’ONU.

Les autorités ivoiriennes ont fermé une mine d’or suspectée d’être contrôlée par le lieutenant colonel Issiaka Ouattara, dit « Wattao », rapporte Reuters.

L’ancien « com-zone », aujourd’hui commandant adjoint de la garde républicaine, a démenti tout contrôle sur cette mine. Son rôle et celui de membres de l’ex-rébellion agissant sous ses ordres dans l’exploitation illégale d’or et de diamant ont été épinglés dans un rapport d’experts de l’ONU publié en avril 2014.

Selon les experts de l’ONU, la mine fermée par le gouvernement ivoirien – située sur le site de Gamina, près de Daloa, dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire – employait jusqu’à 16 000 travailleurs pour une production d’or rapportant environ 97 millions de dollars par an.

Risques

Selon Reuters, le site de Gamina est l’une des deux mines fermées en raison de « risques environnementaux et sécuritaires » en amont de l’élection présidentielle d’octobre dernier. Les autorités ivoiriennes n’ont pas fait de commentaires sur l’existence ou non de liens entre « Wattao » et cette mine.

La Côte d’Ivoire a produit 18 tonnes d’or en 2014. Le pays, qui a adopté un nouveau code minier l’an dernier, a accordé plus de 140 permis de recherche et d’exploration minière depuis quatre ans.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte