Télécoms

Le câble sous-marin ACE prolongé jusqu’au Cap

Le câble sous-marin ACE installé au Gabon le 27 octobre 2011. © AFP

Cette opération prévoit le raccordement du Cameroun, de la RDC, de l'Angola, de la Namibie et de l'Afrique du Sud à ce câble sous-matin déployé le long de la façade atlantique du continent.

La deuxième phase du déploiement du câble sous-marin Africa Coast to Europe (ACE) a démarré, a indiqué le groupe télécoms français Orange dans un communiqué publié ce mercredi.

Cette phase porte sur l’installation du câble sur 5 000 km entre Sao Tomé & Principe et l’Afrique du Sud.

Vingt-cinq pays connectés

La première phase du programme, réalisée de mi-2011 à fin 2012, a permis de déployer 12 000 km de câble optique connectant la France à 13 pays situés le long de la côte ouest de l’Afrique, de la Mauritanie au Gabon et à Sao Tomé & Principe, en passant par le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Nigeria. Le Mali et le Niger, enclavés, ont été connectés au réseau ACE grâce à un prolongement terrestre.

La deuxième phase du programme prévoit le raccordement du Cameroun, de la RDC, de l’Angola, de la Namibie et de l’Afrique du Sud au câble.

Une fois cette étape achevée, « ACE couvrira une distance totale de 17 000 km et permettra à 25 pays d’accéder à l’internet haut-débit », souligne Orange.

Investissements

Le consortium ACE, qui compte une vingtaine de membres, « a investi près de 700 millions de dollars américains dans la construction du câble, dont 250 millions de dollars sont pris en charge par le groupe Orange et ses filiales », rappelle l’opérateur dans son communiqué.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte