Économie

Avec Anas Sefrioui, le Gabon aura une nouvelle cimenterie

Après le Cameroun, l’homme d’affaires marocain Anas Sefrioui va développer une cimenterie de 500 000 tonnes au Gabon.

Mis à jour le 11 juin 2012 à 15:33

Ciments d’Afrique, détenu par Anas Sefrioui, est aussi actif en Guinée, en Côte d’Ivoire et au Cameroun. © Addoha

Mis à jour le 11/06/2012 à 16h30GMT. Anas Sefrioui persiste dans sa stratégie de développement au sud du Sahara. L’homme d’affaires marocain, patron du groupe immobilier Addoha mais aussi de Ciments de l’Atlas et de Ciments d’Afrique, a annoncé la construction d’une cimenterie au Gabon. L’investissement sera de 20 milliards de F CFA (30,5 millions d’euros). D’une capacité annuelle de 500 000 tonnes, le centre de broyage sera opérationnel dans 18 mois environ.

« C’est un investissement en deux temps, comme dans les autres pays africains, explique une source interne au sein du groupe Addoha. Après la cimenterie viendra le temps des logements sociaux. Dans ce domaine, les études sont en cours. »

Dangote aussi

Après la Guinée, la Côte d’Ivoire et, très récemment, le Cameroun, et avant le Burkina, le Gabon est donc le nouveau pays d’implantation pour l’empire d’Anas Sefrioui. Comme beaucoup d’autres pays subsahariens, le pays pétrolier d’Afrique centrale est aujourd’hui en sous-capacité. Il compte un seul cimentier local, Cimgabon, contrôlé par l’allemand Heidelberg Cement. En situation de monopole jusqu’en 2006, ce dernier souffre depuis de la vive concurrence du ciment importé en provenance d’Asie notamment.

Début 2012, le groupe nigérian Dangote Cement a annoncé son intention de construire dans le pays une cimenterie de 1,5 million de tonnes, qui doit entrer en production fin 2014.