Politique

Rwanda : adoption de la réforme constitutionnelle ouvrant la voie à un 3e mandat de Kagamé

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 17 novembre 2015 à 13h20
Paul Kagamé, président du Rwanda.

Paul Kagamé, président du Rwanda. © Vincent Fournier/J.A.

Le Parlement rwandais a adopté mardi la réforme de la Constitution permettant à Paul Kagamé de briguer un troisième mandat.

Après les députés, les sénateurs rwandais ont adopté à leur tour, le 17 novembre, une modification de la Constitution permettant au président Paul Kagamé de se représenter en 2017 et de potentiellement diriger le pays jusqu’en 2034.

Le Sénat a en effet voté, dans les mêmes termes que l’Assemblée le 29 octobre, les nouveaux articles 101 et 172 de la Constitution qui sont donc définitivement adoptés.

Le nouvel article 101 fait passer de sept à cinq ans le mandat présidentiel et en limite le nombre à deux. Mais le nouvel article 172 autorise « le président en exercice » à briguer un nouveau septennat en 2017, et à être réélu ensuite pour deux quinquennats, conformément à l’article 101.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte