Politique

Attentats de Paris : 5 kamikazes identifiés, le point sur l’enquête

Un soldat français près de la rue de Charonne à Paris , le samedi 14 novembre 2015. © Thibault Camus/AP/SIPA

Plus de quarante-huit heures après les attentats qui ont fait au moins 129 morts à Paris, le bilan des attaques reste provisoire. Plus de 150 perquisitions sont actuellement en cours. Le point sur ce que l'on sait de l'enquête.

Cinq des sept kamikazes identifiés

Deux nouveaux kamikazes responsables des attentats de Paris revendiqués par l’État islamique ont été identifiés lundi matin. Notamment celui qui s’est fait sauter aux alentours du stade de France et près duquel un passeport syrien a été retrouvé. Les empruntes du kamikaze correspondent à celles du passeport retrouvé aux abords de son corps. Néanmoins, l’authenticité de ce passeport au nom d’Ahmad Al Mohammad, 25 ans, né en Syrie, « reste à vérifier », précise le parquet dans un communiqué.

Il n’est donc pas certain que le terroriste était bien Ahmad Al Mohammad, ni même qu’il était syrien. En revanche, ce que l’on sait c’est que ce passeport avait été enregistré sur l’île grecque de Leros le 3 octobre. Le kamikaze avaient ensuite déposé une demande d’asile en Serbie, avant que sa trace ne soit perdue en Croatie. Son nom est inconnu des services antiterroristes français.

Le cinquième identifié, un kamikaze du Bataclan, est en revanche connu des services français. Samy Amimour, 28 ans, né à Paris et originaire de Drancy  avait été mis en examen le 19 octobre 2012 pour association de malfaiteurs terroriste « après un projet de départ avorté vers le Yémen » et placé sous contrôle judiciaire, d’après le parquet.

Trois d’entre eux avaient déjà été identifiés dimanche, dont Bilal Hadfi et Brahim Abdeslam. Les deux frères résidaient en Belgique et sont de nationalité française.

Autre kamikaze identifié durant le week-end, Omar Ismaïl Mostefaï, un Français de 29 ans fiché pour radicalisation par les autorités françaises en 2010, mais passé sous les radars depuis, a très vraisemblablement séjourné en Syrie entre 2013 et 2014. Bilal Hadfi y est aussi allé, selon une source proche de l’enquête, et la question se pose pour d’autres assaillants, identifiés ou en voie de l’être.

 

Des attentats « organisés, pensés, planifiés depuis la Syrie »

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a indiqué lundi 16 novembre au matin que les attentats avaient été « organisés, pensés, planifiés depuis la Syrie ». Plus de « 150 perquisitions administratives ont été menées », a précisé Manuel Valls. Les enquêteurs se penchent en effet sur les connexions syriennes et belges des « trois équipes de terroristes » qui auraient, selon la justice, mené ces attaques.

Les liens avec la Belgique et la Syrie sont désormais clairs. « Les attentats abjects qui nous ont frappés vendredi ont été préparés à l’étranger et ont mobilisé une équipe d’acteurs situés sur le territoire belge et qui ont pu bénéficier, l’enquête le dira, de complicités en France », a affirmé Bernard Cazeneuve dimanche, après un entretien avec son homologue belge Jan Jambon.

Trois frères au cœur de l’enquête 

Trois frères, dont l’un est mort en kamikaze à Paris, et dont un autre pourrait être en fuite ou lui aussi mort en kamikaze, sont impliqués dans l’enquête sur les attentats de Paris. L’un, Brahim Abdeslam, 31 ans, a été identifié comme étant l’un des kamikazes. Il s’est fait exploser boulevard Voltaire, sans faire de victimes.

Le deuxième, Mohamed, a été placé en garde à vue en Belgique. Une source policière a annoncé qu’il avait été remis en liberté, ce qui a ensuite été démenti par le parquet belge.

Les services antiterroristes sont sans nouvelle d’un troisième, Salah, qui pourrait être lui aussi un des kamikazes ou en fuite, selon des sources proches du dossier. La justice belge a émis un mandat d’arrêt international et la police française a lancé un appel à témoin à l’encontre de cet « individu dangereux ».

Salah a été identifié comme ayant loué une Polo noire immatriculée en Belgique et retrouvée garée devant le Bataclan, où s’est déroulée une prise d’otage sanglante menée par trois kamikazes, avec au moins 89 morts.

Au moins 129 morts, un bilan provisoire

Le bilan des attaques reste encore provisoire. Au moins 129 personnes sont mortes vendredi 13 novembre dans les tueries commises dans la capitale française. « Cent trois victimes ont d’ores et déjà été identifiées », a indiqué Manuel Valls.

352 personnes sont blessées. Parmi elles, une centaine était toujours dimanche dans un état d’urgence absolue. Une minute de silence a été observée en France à midi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte