Économie

Côte d’Ivoire : Bolloré investira 50 millions d’euros

Au cours d’une conférence à Abidjan le 12 juin, Vincent Bolloré a annoncé d’importants investissements portuaires et ferroviaires et des ambitions dans l’énergie solaire. Quatre bus électriques seront livrés prochainement.

Mis à jour le 12 juin 2012 à 20:01

Le groupe de Vincent Bolloré emploie environ 5000 personnes en Côte d’Ivoire. © Vincent Fournier/J.A.

Mis à jour le 12/06/2012 à 20hGMT. À la fin de son séjour express de 24 heures à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, où il a rencontré le chef de l’État Alassane Ouattara, Vincent Bolloré est reparti satisfait du pays. Un tête à tête concluant avec le numéro ivoirien, même si n’a rien filtré de l’entrevue. Hasard ou pas, ce voyage intervient alors que vient d’être lancé un appel à manifestation d’intérêt pour le deuxième terminal à conteneurs du port d’Abidjan. Le groupe français qui opère déjà depuis 9 ans, via sa filiale Bolloré Africa Logistics, sur le premier terminal à conteneurs, se propose de participer à la compétition en cours sur le second terminal.

L’objectif de Bolloré Africa Logistics CI, la compagnie dédiée à la filière transport et logistique en Côte d’Ivoire, est d’atteindre une croissance d’au moins 8 % en 2012, en ligne avec celle du pays. Vincent Bolloré a annoncé des investissements de 50 millions d’euros en 2012.

Énergie solaire

«  L’Afrique est le nouveau continent de croissance pour les années à venir, et il n’est pas question que notre groupe ne soit pas au rendez vous. Sur le terminal à conteneur de Vridi, nous investirons 30 millions d’euros cette année pour porter la capacité de traitement de 600 000 mouvements actuel à 800 000 à la fin de l’année et à 1,2 million dans 18 mois », explique Vincent Bolloré. Onze millions d’euros seront consacrés à la Carena, le chantier naval de Bolloré, pour l’acquisition d’un dock flottant qui permettra la réparation de grands navires de 250 mètres et une dizaine de millions seront aussi consacrés à Sitarail, la filiale dédiée au chemin de fer Abidjan-Ouagadougou (rénovation de la gare ferroviaire de Treichville et acquisition de voitures) ainsi qu’à d’autres projets logistiques. Le groupe Bolloré ne perd ainsi pas de vue son projet de création d’un port sec à Ferké, dans le nord du pays, pour faciliter le transit des marchandises de l’hinterland.

Enfin, des investissements sont prévus sur la ville de San Pedro qui abrite le deuxième port du pays. Dans la suite logique de sa passion pour les transports électriques, dont il est un précurseur en France, Vincent Bolloré a annoncé la livraison à partir du mois d’octobre de quatre bus électriques en Côte d’Ivoire, dont l’utilisation exacte n’a pas été encore clairement déterminée. Ce geste se veut avant tout un symbole de modernité pour la Côte d’Ivoire. L’homme d’affaires a également annoncé sa volonté de se développer dans le domaine de la production et du stockage d’énergie solaire.