Économie

Low cost : décollage imminent pour FastJet

La cession de la branche aviation de Lonrho à Rubicon pour 85,7 millions de dollars ouvre la voie au lancement annoncé de FastJest, la nouvelle compagnie aérienne low cost africaine soutenue par le fondateur de EasyJet.

Par
Mis à jour le 13 juin 2012 à 12:59

Fly540 va devenir FastJet, une compagnie low cost qui entend respecter des standards "européens". © Hansueli Krapf

Une étape décisive a été franchie dans le lancement d’une nouvelle compagnie low cost en Afrique, baptisée FastJet et soutenue par Stelios Haji-Ioannou, fondateur de EasyJet, l’une des principales success stories dans l’avion à bas prix en Europe. Le groupe panafricain basé au Royaume-Uni Lonrho a en effet annoncé ce jour (13 juin) la cession pour 85,7 millions de dollars de sa filiale aérienne, Fly540, à Rubicon en échange de titres. Ce véhicule d’investissement coté à Londres accueillera à son capital Stelios Haji-Ioannou, qui détiendra 5% des titres, Lonrho se réservant 73,7% des parts.

Des hubs stratégiques en Afrique

Rubicon entend mettre en place une compagnie aérienne africaine low cost à partir des infrastructures et des itinéraires déjà mis en route par Lonrho. Grâce à son plan de développement, Fly540 disposait en effet de quatre hubs stratégiques en Afrique subsaharienne : au Kenya, en Tanzanie, au Ghana et en Angola. La nouvelle compagnie sera baptisée FastJet. Ed Winter, un ancien cadre de EasyJet et de British Airways, a été nommé directeur général de l’entité.

Rubicon dispose de 13,6 millions de dollars pour soutenir les plans de développement de la nouvelle compagnie, une stratégie qui repose sur un drainage régional de l’augmentation du trafic intercontinental. « La population en Afrique a maintenant atteint un milliard de personnes et la consolidation d’économies émergentes à travers le continent est la source d’une demande importante en matière de services aériens régionaux, a indiqué Lonrho dans un communiqué. Sept des 10 premières économies à croissance rapide au monde sont maintenant en Afrique. Le PIB et la consommation sont en hausse et le nombre croissant de vols intercontinentaux avec l’Afrique crée une demande croissante pour les vols régionaux sur le continent. »

L’ensemble représente déjà un chiffre d’affaires de 57 millions de dollars et plus de 53 000 voyageurs transportés en mai 2012.