Économie

Casa rend la recherche publique

La Bourse de Casablanca annonce la création sur son site internet d’un espace dédié à la recherche et à l’analyse financière sur les sociétés cotées. Une fausse bonne idée ?

Mis à jour le 14 juin 2012 à 10:06

Sur les 17 sociétés de bourse actives sur la Place marocaine, trois seulement produisent de la recherche à forte valeur ajoutée. © AFP

La Bourse de Casablanca veut démocratiser l’investissement boursier. La direction de la stratégie de la 2e Place africaine a décidé de mettre en ligne les travaux de recherche et d’analyse financière produits par les sociétés de bourse enregistrées sur la bourse marocaine. D’ores et déjà, un espace dédié a été créé sur son site internet et trois sociétés de bourse, Attijari Intermédiation, Upline Securities et CDG Capital, participent au programme et ont livré des analyses. « Les sociétés de bourse nous envoient leurs notes de recherche et nous les mettons en ligne, explique Assia Warrak, chargée de communication à la Bourse de Casablanca. Nous avons convié toutes les sociétés de bourse à envoyer leurs notes de recherche et d’analyse. »

Une idée « pas très pertinente »

Il nest pas certain qu’elles participent de bon coeur. « L’idée n’est pas très pertinente, lâche ainsi l’un des dirigeants d’une des principales sociétés de bourse marocaines. En effet, les clients ont déjà accès en ligne, sur les sites boursiers des brokers ou sur les grandes plateformes financières (Bloomberg, Reuters, etc), aux études détaillées sur les valeurs cotées mais aussi aux analyses quotidiennes ou hebdomadaires. » Sur la Place, en dehors de rapports de marché quotidiens dont la valeur ajoutée est en fin de compte assez faible, seules trois grandes sociétés de bourse parmi les 17 actives à Casablanca produisent des études très fournies sur les principales sociétés cotées : BMCE Capital Bourse, Attijari Intermédiation et CFG Marchés.

Seule la seconde a pour l’instant répondu à l’appel de la Bourse de Casablanca. Sous certaines limites : « Nous allons diffuser nos études pour éduquer le marché, explique l’un des dirigeants d’Attijari Intermédiation qui souligne aussi attendre la réaction de ses confrères. Mais l’exclusivité doit rester à nos clients, investisseurs et partenaires presse. Nous donnerons nos études à la Bourse avec un différé, sans doute de deux semaines. » Du côté de BMCE Capital, le son de cloche reste proche : « l’espace dédié de la bourse fera office de site d’archivage, explique un dirigeant du deuxième broker marocain. La priorité va aux clients. »

Et pour cause. Pour les quelques sociétés de bourse produisant de la recherche à forte valeur ajoutée, l’objectif est de donner des éléments permettant à leurs clients de faire les bons choix d’investissement. Et, si possible, avant les autres… Dans de nombreux pays, d’ailleurs, ces analyses sont même facturées aux clients.