Économie

Algérie : 395 millions pour Daewoo-Cosider

Dans le cadre du Plan de développement d’Alger, la firme coréenne Daewoo, associée à Cosider, décroche un contrat de dépollution majeur, d’une valeur totale de 395 millions d’euros.

Par
Mis à jour le 14 juin 2012 à 12:26

Le Plan de développement de la ville d’Alger est doté de 202 milliards de dinars de budget. © Hocine Zarouar/AFP

C’est parti pour le Plan stratégique de développement de la ville d’Alger 2009 – 2029. Décidé en janvier 2011, ce programme, qui vise à transformer la capitale algérienne en « Perle de la Méditerranée », a connu une évolution majeure hier (13 juin), avec le coup d’envoi par le ministre des Ressources en eau Abdelmalek Sellal de la dépollution de l’oued El-Harrach où se déversent actuellement toutes les eaux usées de la ville. Le groupement algéro-coréen Cosider-Daewoo Constructions s’est vu confier ce projet, dont la phase d’étude est achevée, qui durera jusqu’en 2014 et dont le coût global est de 38 milliards de dinars algériens (environ 395 millions d’euros).

Dépollution et réaménagement

La fin de la dépollution est prévue pour décembre 2015. D’une longueur de 67 km, dont 19 km à travers la capitale, l’oued El-Harrach sera dépollué et réaménagé sur une distance de 18,2 km. Les travaux comprennent le recalibrage de l’oued, la réalisation de jardins filtrants, la mise en place de systèmes de contrôle et de surveillance de la qualité de l’eau, un système de prévision de crues, la réalisation de ponts et passerelles ainsi que des stations de pompage d’une capacité globale de 90 000 m3. Le projet prévoit également de grands espaces verts, des aires de jeux, des pistes cyclables et de jogging, des terrains de sport, des piscines en plein air.

Ce projet constituera l’espace principal de la baie d’Alger et sera entouré de plusieurs autres grandes structures, toujours en projet, telles que la Grande Mosquée d’Alger, le Musée d’Afrique et la gare centrale. Doté d’une enveloppe total de 202 milliards de dinars, le Plan de développement d’Alger entend donner d’ici 2029 un coup d’accélérateur à la modernisation de la ville et redorer ainsi son image. Dans les phases suivantes (après 2015), un port en eaux profondes doit être développé, entre autres projets.