Politique

Congo-Brazzaville : Denis Sassou Nguesso a promulgué la nouvelle Constitution

| Par - envoyé spécial à Brazzaville
Mis à jour le 06 novembre 2015 à 23h34
Le président congolais Denis Sassou Nguesso, le 25 octobre 2015 à Brazzaville.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, le 25 octobre 2015 à Brazzaville. © AFP

Le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, a promulgué vendredi soir la nouvelle Constitution du pays, issue du référendum controversé du 25 octobre. L’opposition dénonce une « précipitation » et réclame toujours des négociations avec le pouvoir.

C’est au cours du journal de 20 heures à la télévision nationale que les Congolais ont appris, vendredi 6 novembre, la promulgation de la nouvelle Constitution issue du référendum controversé du 25 octobre, lequel a été boycotté par l’opposition.

Dans la foulée, Aimé Emmanuel Yoka, ministre congolais de la Justice et des Droits humains, et Thierry Moungalla, son collègue de la Communication et porte-parole du gouvernement, sont intervenus pour expliquer les conséquences de cette promulgation au peuple.

« La Constitution de 2002 a cessé d’exister et ne produit plus aucun effet » dès la promulgation de cette nouvelle Loi fondamentale, a martelé Aimé Emmanuel Yoka, précisant que le gouvernement actuel restait en place. « On ne peut pas imaginer un État sans gouvernement », a indiqué le ministre, n’excluant pas l’hypothèse d’un remaniement ou d’une nouvelle équipe gouvernementale. « Cela relève de la volonté du président de la République », a-t-il expliqué.

« Non respect du peuple », selon l’opposition

Du côté de l’opposition, la promulgation de la nouvelle Constitution a « surpris ». Contacté par Jeune Afrique, Guy-Romain Kinfoussia, porte-parole des deux principales plateformes du front anti-Sassou, le Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), dénonce un « non respect du peuple et des institutions de la République ».

« On ne peut aller si vite en besogne », a-t-il ajouté, dénonçant une « précipitation » du pouvoir alors que l’opposition continue à réclamer l’ouverture de négociations. Elle promet de se réunir « très rapidement » pour adopter une marche à suivre.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte