Communication & Médias

Africanews lancée le 04 janvier

Régie technique d'un studio de télévision. © Hassan Ouazzani/J.A.

La petite sœur d’Euronews dédiée à l’Afrique entend devenir un hub médiatique via des plateformes web, une chaîne de télévision et une radio. Son lancement aura lieu le 04 janvier sur internet.

Le jeudi 05 novembre, l’excitation des grandes premières était perceptible dans la voix de Michael Peters. Le directeur général d’Euronews a donné une conférence de presse à l’occasion du Discop de Johannesburg, le plus important marché des contenus audiovisuels du continent, pour annoncer la date de lancement d’Africanews, petite soeur de la chaîne européenne d’information.

« Notre démarrage est planifié en trois étapes. Le 04 janvier, nous mettrons en ligne le site internet, dont le design a été pensé pour la mobilité qu’il s’agisse d’une consultation via un smartphone ou une tablette. En parallèle, nous ouvrirons une deuxième plateforme appelée Story Hunters, dont l’objectif est de susciter des contributions pour recueillir un maximum d’images. En Afrique, il y a peu d’images disponibles en dehors des grandes agences comme AP, AFP ou Reuters. Quand nous en aurons collecté suffisamment, la chaîne pourra démarrer. La date n’est pas arrêtée, ce sera entre fin janvier et début mars. Puis en mars ou avril, nous lancerons une radio et nous étendrons notre présence aux plateformes comme YouTube », explique Michael Peters.

D’abord prévu pour le 15 décembre, le démarrage officiel d’Africanews a donc finalement été repoussé pour laisser les équipes trouver leur rythme de croisière. Si des chaines comme CNN, France 24 ou BBC utilisent déjà des dispositifs semblables à Story Hunters basés sur la génération de contenus par les utilisateurs, ce sera une première pour le groupe Euronews.

Langues

Au total, la chaîne d’information panafricaine pourra s’appuyer sur un effectif de 85 salariés, dont 30 techniciens et 41 journalistes. D’abord disponible en anglais et en français, Africanews sera distribuée par les satellites SES 4 et 5, lui permettant de toucher 235 millions de personnes, soit environ 25 % de la population subsaharienne. D’autres langues comme le portugais ou le Yoruba sont d’ores et déjà envisagées. Outre son siège congolais, actuellement Pointe Noire en attendant la construction de son quartier général à Brazzaville, des bureaux régionaux seront ouverts à Abidjan, Johannesburg, Nairobi et N’Djamena.

L’ensemble du réseau de correspondants sera géré par l’Ivoirien Mame Campbell Touré, ex-rédacteur en chef adjoint de BBC, tandis que la rédaction en chef a été confiée au Kényan Isaac Khaguli Esipisu, passé par le groupe Nation Media, Reuters et CNBC Africa.

Équilibre

S’il a présenté la grille faisant la part belle outre l’actualité chaude aux magazines sur le sport, la culture ou les affaires, Michael Peters n’a pas donné de détails sur le budget de la chaîne. « Notre modèle doit atteindre l’équilibre, c’est à dire être auto-financé par nos recettes commerciales dans cinq ans”, a-t-il néanmoins précisé.

Interrogé les implications de la présence de la République du Congo, via la chaîne publique Télé Congo, comme partenaire du projet, Michael Peters a écarté toute idée de mise sous tutelle de la ligne éditoriale. « Si nous ne pouvons pas travailler comme nous avons l’habitude de le faire, nous arrêterons », a-t-il expliqué en substance. L’annonce en juillet de la prise de participation majoritaire de l’Égyptien Naguib Sawiris, héritier d’une dynastie d’entrepreneurs coptes, fondateur du Parti des Égyptiens libres, dans le capital d’Euronews, effective depuis septembre, avait déjà suscité un questionnement similaire.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte