Bourse

L’Angola émet un eurobond de 1,5 milliard de dollars

Vue de Luanda, la capitale de l'Angola, le seul pays africain à figurer parmi les 20 premières destinations mondiales en terme d'IDE, selon la Cnuced. © Stéphane de Sakutin/AFP

L'émission de cet emprunt obligataire international avait été retardé en raison d'incertitudes sur la réponse des marchés financiers.

L’Angola a émis un eurobond de 1,5 milliard dollars au taux de 9,5 % pour des obligations d’une maturité de 10 ans, a annoncé le ministre des Finances ce jeudi, rapporte Reuters.

Le taux de cet emprunt est un peu plus élevé que celui de l’eurobond émis par la Zambie en juillet (1,25 milliard de dollars à 9,375 %), mais il est inférieur de 125 points de base de celui du Ghana (1 milliard de dollars à 10,75 %), alors que l’emprunt d’Accra bénéficie d’une garantie partielle de la Banque mondiale.

Selon une note de la banque Standard Chartered parvenue à Jeune Afrique, le carnet d’ordres de cet eurobond a atteint 7 milliards de dollars. Environ 45 % des obligations ont été acquises par des opérateurs américains et 40 % par des investisseurs britanniques.

Relation à long terme

« Cette première émission est une étape extrêmement importante pour notre pays et nous considérons cela comme le début d’une relation à long terme avec les marchés de capitaux internationaux», a déclaré Armando Manuel, rapporte Reuters.

Luanda, qui a évoqué cette émission dès 2011, en a retardé la réalisation au cours des derniers mois, inquiet des conditions défavorables du marché. L’Angola, a notamment repoussé un roadshow annoncé en septembre dernier, et conduit finalement du 26 octobre au 03 novembre, auprès des investisseurs de Londres, San Francisco, Los Angeles, Boston et New York.

Pour cet eurobond, Luanda a mandaté les banques Goldman Sachs, Deutsche Bank et Industrial and Commercial Bank of China.

Recul

L’Angola, qui tire 70 % de ses recettes fiscales et 95 % de ces recettes d’exportation du pétrole, a été lourdement frappé par le recul du cours de l’or noir.

Le pays a réduit son budget 2015 de près d’un quart, drastiquement diminué les subventions à l’énergie et freiné les nouvelles embauches dans le secteur public.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte