Sécurité

Mali : l’armée tue sept jihadistes dans la région de Mopti

Un véhicule de l'armée malienne. © AFP

Sept jihadistes ont été tués mercredi soir lors d'affrontements avec l'armée dans la région de Mopti, selon le gouvernement malien.

Le responsable du ministère de la Défense qui donne l’information a requis l’anonymat. selon lui, les affrontements se sont déroulés dans une zone boisée à une trentaine de kilomètres de la frontière avec le Burkina Faso, la forêt de Tiébanda, où les islamistes armés tentaient d’installer une base.

« La forêt de Tiébanda est dense. Les terroristes ont voulu faire de l’endroit leur base pour attaquer le Mali et le Burkina Faso. Ils avaient du matériel militaire lourd. Nous avons tué sept assaillants, et blessés dix autres. Il n’y a eu aucune victime dans nos rangs », a déclaré ce responsable.

L’armée en renfort

De même source, ce sont les éléments de la région militaire de Mopti qui ont mené les opérations contre les jihadistes. Les affrontements et le bilan ont également été rapportés par un responsable au gouvernorat de Mopti, chef-lieu de région. « Sept jihadistes que nous, nous appelons terroristes, ont été tués mercredi dans une forêt malienne située à 30 km de la frontière avec le Burkina Faso. L’armée a attaqué la base de ces terroristes », a-t-il affirmé, également sous couvert d’anonymat.

D’après lui, l’alerte sur la présence des jihadistes a été donnée par deux jeunes qui avaient été enrôlés de force et qui ont réussi à s’échapper de la forêt. Une source militaire malienne a simplement indiqué qu’un renfort de l’armée avait été dépêché jeudi dans la zone des affrontements, avec pour mission d’empêcher le groupe de se reconstituer.

Opération Seno

Aucune information n’a été communiquée sur l’identité des jihadistes et le mouvement auquel ils appartiennent mais depuis quelques mois, des attaques et autres actes de violences perpétrés dans la région de Mopti ont été attribués au Front de libération du Macina. Ce groupe, apparu en début d’année dans cette région, est dirigé par le prédicateur radical peul Amadou Koufa, recherché par le Mali.

Les affrontements sont intervenus alors que l’armée malienne a déclenché au début de cette semaine une opération d’envergure dans la région de Mopti visant à traquer les jihadistes et assurer la sécurité des biens et des personnes. Baptisée opération Seno (sable, en langue peule), elle doit durer trois mois avec les moyens nécessaires, selon le ministère de la Défense, sans autre indication.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte