Politique

Congo-Brazzaville : l’opposition appelle à une « marche pacifique » le 30 octobre

Vingt heures après la publication des résultats du référendum constitutionnel du 25 octobre, les deux principales coalitions d’opposition congolaise ont appelé mercredi à une « marche patriotique et pacifique » pour « barrer la route à l’escroquerie et à la dictature », selon une déclaration commune lue à la presse.

Par
Mis à jour le 29 octobre 2015 à 08:55

Le président congolais Denis Sassou Nguesso, le 25 octobre 2015 à Brazzaville. © AFP

C’est par une déclaration commune, adressée le 28 octobre au « peuple congolais épris de liberté » que le Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) ont appelé à « une marche patriotique et pacifique » dans tout le pays vendredi pour contester les résultats du référendum constitutionnel permettant au chef de l’État de se représenter en 2016.

Les deux principales coalitions ayant fait campagne contre le référendum constitutionnel du 25 octobre, dont elles ont rejeté les résultats, veulent par ces manifestations « dénoncer (…) la tricherie érigée en système de gouvernement » et « barrer la route à l’escroquerie et à la dictature », selon un déclaration commune lue à la presse par un porte-parole.

Des « journées villes mortes »

Dans leur déclaration de mercredi, adressée au « peuple congolais épris de liberté », le Frocad et l’IDC appellent également à des « journées villes mortes » tous les lundis, jeudis et vendredis à partir du 2 novembre « jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel ».

En attendant, le projet de Constitution approuvé par référendum a fait sauter les deux verrous interdisant au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat présidentiel en 2016 : la limite d’âge et celle du nombre des mandats.