Elections

Côte d’Ivoire : malgré le spectre de l’abstention, Ouattara s’attend à une très bonne « participation »

| Par AFP
Mis à jour le 25 octobre 2015 à 16h11
Alassane Ouattara dépose son bulletin dans l’urne aux côtés de son épouse, Dominique Ouattara, dimanche 25 octobre.

Alassane Ouattara dépose son bulletin dans l'urne aux côtés de son épouse, Dominique Ouattara, dimanche 25 octobre. © SIA KAMBOU/AFP

Le taux de participation au premier tour de l’élection présidentielle dimanche en Côte d’Ivoire sera vraisemblablement « très bon », a déclaré le président sortant ivoirien Alassane Dramane Ouattara, grand favori du scrutin, après avoir voté à Cocody, un quartier d’Abidjan.

« L’engouement que nous constatons sur l’ensemble du territoire nous fait penser que le taux de participation sera très bon», a-t-il déclaré devant des dizaines de journalistes.

« Je demande à tous nos concitoyens de prendre un peu de leur temps pour aller voter. Nous voulons que la Côte d’Ivoire entre de manière définitive dans la démocratie et que les élections de cette année nous permettent de dépasser et d’oublier le processus électoral mal terminé en 2010 », a-t-il déclaré.

« C’est un grand jour pour la Côte d’Ivoire. Nous devons faire en sorte de sortir de ces élections avec la paix, la sérénité et nous rassembler davantage pour faire face aux autres défis qui attendent la nation ivoirienne », a-t-il poursuivi.

« La campagne s’est déroulée dans un climat apaisé, ce qui augure bien du scrutin apaisé pour l’ensemble du territoire », a-t-il précisé.

Cette élection en Côte d’Ivoire – premier producteur mondial de cacao et poids-lourd économique d’Afrique de l’Ouest – est jugée cruciale pour tourner définitivement la page des violences meurtrières qui avaient suivi la victoire en 2010 d’Alassane Dramane Ouattara sur son prédécesseur Laurent Gbagbo.

En 2010, le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire de d’Alassane Dramane Ouattara avait plongé le pays dans cinq mois de conflit qui s’étaient soldés par la mort de 3 000 personnes, épilogue sanglant d’une décennie de crise politico-militaire.

Un peu plus de 6 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales et ont commencé à voter dimanche. Selon de nombreux observateurs, le taux d’abstention risque d’être élevé alors qu’au précédent scrutin de 2010, la participation avait frôlé les 80%. Les bureaux de vote doivent fermer à 17H00 GMT.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer