Elections

Côte d’Ivoire : Charles Konan Banny se retire de la course à la présidentielle

Charles Konan Banny était le candidat de la Coalition nationale pour le changement (CNC). © Sandra Rocha/J.A.

L'ancien Premier ministre Charles Konan Banny a annoncé vendredi qu'il se retirait de la présidentielle dont le premier tour est fixé au 25 octobre. Après Amara Essy et Mamadou Koulibaly, c'est le troisième candidat à prendre cette décision.

« À partir de cet instant, je ne participe plus à ce processus inique », a déclaré Charles Konan Banny. L’ancien Premier ministre a annoncé son retrait de la course à la présidentielle vendredi 23 octobre lors d’une conférence de presse d’une vingtaine de minutes donnée à son domicile de la Riviera, à Abidjan. Au même moment, le denier meeting de campagne du président Alassane Ouattara dans le quartier du Plateau démarrait… « Ce scrutin ne sera pas sincère, transparent ni inclusif », a ajouté celui qui était le candidat de la Coalition nationale pour le changement (CNC) dénonçant de « graves irrégularités » dans l’organisation de la présidentielle. Il n’a en revanche donné aucune consigne de vote.

L’ancien gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), devenu Premier ministre sous Laurent Gbagbo (de 2005 à 2007), puis nommé en 2011 à la tête de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), a rappelé son opposition à « l’appel de Daoukro », par lequel Henri Konan Bédié a demandé au PDCI de soutenir la candidature d’Alassane Ouattara.

Réplique du camp présidentiel

Le camp du président ivoirien n’a pas tardé à réagir. « Aucun argument sérieux remettant en cause le processus électoral ou sa transparence n’a été évoqué par M. Banny. Les raisons de sa démission se trouvent ailleurs et sont nombreuses », a déclaré à Jeune Afrique, Mamadou Touré, conseiller d’ADO et un des porte-paroles de sa campagne. Et de poursuivre : « Tout au long de sa campagne, l’ancien Premier ministre a été incapable de se doter d’une équipe et d’un programme solides et cohérents afin de proposer une alternative crédible à Alassane Ouattara. S’il se retire, c’est tout simplement pour éviter un score honteux à un scrutin où il se savait battu d’avance. »

Et maintenant KKB ?

Après Amara Essy et Mamadou Koulibaly, c’est le troisième candidat à prendre cette décision. Tous les regards se tournent désormais vers Kouadio Konan Bertin (KKB), lui aussi membre de la CNC. Lors d’un meeting il y a trois jours à Yopougon, KKB avait déclaré en parlant de Charles Konan Banny : « S’il se retire, moi aussi je me retire ! » Tiendra-t-il parole ?

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte