Energie

Hydroélectricité : douze entreprises pré-qualifiées pour Nachtigal au Cameroun

| Par - à Yaoundé
Mis à jour le 22 octobre 2015 à 19h46
Vue aérienne du projet du barrage hydroélectrique de Nachtigal, au nord-ouest de Yaoundé.

Vue aérienne du projet du barrage hydroélectrique de Nachtigal, au nord-ouest de Yaoundé. © DR

Elles se disputeront les quatre lots mis en compétition pour la passation des marchés de travaux et d’équipements du barrage hydroélectrique de 420 MW et dont la mise en service se situe entre 2020 et 2021. Un projet porté par l’État camerounais, EDF, Rio Tinto Alcan et IFC.

Douze entreprises ont été pré-qualifiées pour la passation des marchés de travaux et d’équipements dans le cadre du projet de construction du barrage de Nachtigal, dans le centre du Cameroun.

Bataille

Le groupement Razel Bec, Sogea Satom et Vinci Construction Grands Projets croisera le fer avec le consortium franco-marocain NGE Contracting-Société générale des travaux du Maroc sur le lot « terrassements généraux, génie civil et équipements des ouvrages amont et du canal d’amenée ».

Les mêmes protagonistes seront aux prises avec le consortium formé de Besix (Belgique), Six International (Cameroun) et Tractebel Engineering (France) pour remporter le lot « génie civil des ouvrages aval, conduites forcées et équipements hydromécaniques des adductions aval ».

La bataille pour les équipements de la future centrale mettra quatre acteurs en compétition : l’allemand Andritz Hydro et sa filiale autrichienne, le duo franco-japonais Toshiba Corporation et Clemessy, Alstom Hydro France et le couple germano-français Voith Hydro GmbH & Co. KG et Cegelec SAS.

Les français Cofely Ineo (filiale de Engie -ex GDF) et Bouygues Energies Services se disputeront la fourniture des lignes électriques d’évacuation avec l’espagnol Elecnor.

Aluminium

Porté par le consortium Nachtigal Amont regroupant l’État camerounais, le français EDF, Rio Tinto Alcan et IFC (groupe Banque mondiale), le projet hydroélectrique vise la construction d’un barrage d’une capacité installée de 420 MW, préalable à l’extension de la capacité de production d’Aluminium du Cameroun (Alucam).

Les travaux doivent débuter en 2016 pour une mise en service entre 2020 et 2021.

L’ouvrage principal sera long de 1 455 m pour une hauteur maximale de 14 m et disposera d’une retenue d’eau de 27,8 millions de mètres cubes, s’étendant sur 421 ha.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte