Politique

Soudan du Sud : le chef rebelle accuse le président Kiir de se comporter « comme s’il n’y avait aucun accord »

Le chef de la rébellion sud-soudanaise Riek Machar a accusé dimanche le président Salva Kiir de « multiplier les violations » de l’accord de paix et de chercher à « faire dérailler » le processus de règlement du conflit en faisant passer le nombre d’Etats dans le pays de 10 à 28.

Par
Mis à jour le 18 octobre 2015 à 17:08

Soudan du Sud : la liberté de la presse est en net recul sous le régime de Salva Kiir. © Charles Atiki Lomodong/AFP

« Salva Kiir se comporte comme s’il n’y avait pas d’accord de paix. La création de ces 28 Etats montre qu’il ne tient aucun compte des accords signés », a accusé l’ancien vice-président sud-soudanais lors d’une conférence de presse à Addis Abeba, à son retour d’une visite aux Etats-Unis.

« Plutôt que de progresser vers l’application de l’accord de paix, nous voyons davantage de violations tous les jours », a ajouté Riek Machar, mentionnant le non respect du cessez-le-feu et la dissolution annoncée par Salva Kiir du SPLM, le Mouvement populaire de libération du Soudan, duquel se réclame les deux rivaux.

Les médiateurs internationaux, dont la Grande-Bretagne, la Norvège et les États-Unis, ont estimé que ce décret est en « contradiction directe » avec l’accord de paix signé par le gouvernement sud-soudanais le 26 août.

Vers de nouvelles négociations ?

Riek Machar appelle toutefois à de nouvelles négociations et se dit prêt à amender l’accord de paix si un terrain d’entente peut être trouvé avec le gouvernement sur le nombre d’Etats et les arrangements sécuritaires en vue de son retour à Juba pour mettre en application l’accord de partage du pouvoir.

Les médiateurs de l’Igad, organisation intergouvernementale est-africaine, doivent tenir une nouvelle réunion mardi avec les négociateurs des deux camps.

« Nous allons dialoguer avec eux. Nous allons donner une nouvelle chance de sauver cet accord », a assuré Riek Machar.