Télécoms

Sénégal : Neurotech étend son réseau

| Par
Abdoulaye Mbaye, le fondateur de Neurotech, compte notamment développer des logiciels de reporting.

Abdoulaye Mbaye, le fondateur de Neurotech, compte notamment développer des logiciels de reporting. © Vincent Fournier pour JA

Fondée en 2002 à Dakar, la SSII Neurotech s’apprête à ouvrir un bureau à Abidjan. Une première implantation à l’étranger pour cette PME qui ne craint pas d’affirmer ses ambitions.

D’ici à quelques semaines, la société de services en ingénierie informatique (SSII) sénégalaise Neurotech aura une équipe permanente à Abidjan. Abdoulaye Mbaye, son fondateur, ne veut pas trop en dire, mais il est sur le point de signer un gros contrat avec une banque de la place. Depuis dix-huit mois, cet ingénieur formé en Tunisie a fait de l’international une priorité, et Neurotech commence à jouir d’une bonne notoriété dans la sous-région. En 2011, l’entreprise a décroché une mission de conseil en matière de réseaux pour la Banque de développement du Mali et une autre sur la mise en place d’une plateforme téléphonique transnationale pour la Confédération des institutions financières-Afrique de l’Ouest (groupement de six mutuelles d’épargne et de crédit).

« L’an dernier, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 2 milliards de F CFA [3 millions d’euros, NDLR] et nous visons 3 milliards en 2012 », explique Amady Mbaré Diop, directeur administratif et financier. En restant prudent, il assure d’ores et déjà pouvoir atteindre 2,6 milliards de F CFA (+ 30 %).

Essor continental jusqu’au Gabon

Créée en 2002, la société, qui emploie 35 personnes à Dakar, s’est d’abord développée en réalisant des réseaux de communication pour les entreprises. Notamment au travers de son partenariat avec le leader mondial Cisco Systems, dont elle assure 50 % des ventes au Sénégal. « Aujourd’hui, Sonatel nous considère comme son principal concurrent sur ce créneau », assure Mbaye. Parmi ses clients, une majorité de grandes entreprises, comme les Industries chimiques du Sénégal (ICS), la cimenterie Sococim, les banques Bicis ou CBAO.

Pour poursuivre son développement, Neurotech mise sur le cloud computing (utilisation à distance de ressources ou de données informatiques via internet) grâce à des accords avec des spécialistes de la virtualisation, comme VMware ou Citrix. En trois ans, le pôle systèmes informatiques a connu une croissance fulgurante et représente déjà 35 % du chiffre d’affaires. En 2011, Neurotech a par exemple installé les centres de stockage de données de deux administrations sénégalaises, la Direction générale des impôts et des domaines et celle de l’éducation nationale. Mais le patron voit plus loin : il veut développer ses propres logiciels de reporting et poursuivre son essor continental en ouvrant un bureau au Cameroun ou au Gabon.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer