Communication & Médias

Guy Lafarge : « Canal+ vise le million d’abonnés »

| Par
Guy Lafarge est à la tête de la filiale de Canal+ chargée de l'outre-mer et de l'international depuis janvier 2011.

Guy Lafarge est à la tête de la filiale de Canal+ chargée de l'outre-mer et de l'international depuis janvier 2011. © CANAL+

Le groupe audiovisuel Canal+, qui s’est retiré du Maghreb en 2011, repart à l’offensive au sud du Sahara. Il dévoile aujourd’hui de nouvelles offres misant notamment sur plus de programmes locaux et sur la baisse des tarifs.

Guy Lafarge, 60 ans, est le patron de Canal+ Overseas depuis janvier 2011. Alors que Canal+ dévoile aujourd’hui (3 juillet) ses nouvelles offres pour l’Afrique, Cet ancien directeur du marketing d’Orange, chargé de la distribution au sein de Canal+ à partir de 2004, répond aux questions de Jeune Afrique. Il mise notamment sur les cartes prépayées qui ont fait le succès des opérateurs télécoms.

Propos recueillis par Julien Clémençot.

Jeune Afrique : Canal+ présente de nouvelles offres. Quel est l’enjeu pour votre groupe ?

Guy Lafarge : Pour répondre aux attentes de nos clients, le groupe devait rendre son offre phare plus accessible. L’abonnement aux chaînes Canal+ démarre désormais à 10 000 F CFA [15 euros, NDLR] par mois et à 15 000 F CFA si on y ajoute les 56 chaînes de Canalsat Access.

Cette baisse tarifaire, débutée en 2008, donne-t-elle des résultats ?

Nous ne communiquons pas nos chiffres [Canal+ vise les 650 000 abonnés fin 2012], mais nous avons l’ambition d’atteindre très rapidement le million d’abonnés grâce à cette nouvelle stratégie.

L’arrivée de la télévision numérique terrestre (TNT) en Afrique en 2015 vous inquiète-t-elle ?

Compte tenu des investissements à réaliser, la TNT ne couvrira que les villes ; ce n’est pas le cas de notre offre satellitaire, reçue sur 100 % des territoires où nous sommes présents. Nous sommes donc complémentaires. Canal+ n’a pas la volonté d’investir dans la TNT, mais nous restons attentifs aux appels d’offres.

En avril, Canal+ a changé de satellite pour mieux couvrir la RD Congo et être présent au Rwanda et au Burundi.

L’objectif est d’élargir notre diffusion en Afrique centrale. Grâce à la puissance du nouveau satellite, nos offres sont plus accessibles. Pour accroître notre parc d’abonnés, nous devons aussi gagner en proximité. C’est la raison pour laquelle nous avons créé une filiale en RD Congo, qui ouvrira prochainement deux boutiques Canal+ à Kinshasa.

Cette stratégie s’applique-t-elle à d’autres pays ?

Nous renforçons notre présence au Sénégal, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et à Madagascar. Depuis le début de l’année, 30 boutiques Canal+ ont été ouvertes, et nous prévoyons d’en implanter encore 200 sur le continent.

Nous allons aussi accélérer le développement du paiement mensuel grâce à des cartes prépayées et innover avec la mise en place de solutions de paiement par mobile. Dans des économies qui privilégient le cash, il faut parfois faire plusieurs kilomètres pour s’abonner. Notre but est de déployer 12 000 nouveaux points de distribution de cartes de recharge sur nos 24 pays.

Le piratage ne reste-t-il pas un frein à votre essor ?

Nous avons beaucoup investi pour lutter contre le piratage. Aujourd’hui, on constate que la durée de vie des abonnements illégaux est très courte. Mais, en rendant Canal+ plus accessible, nous allons éviter aux clients d’être tentés par des offres illicites. Si le piratage nous a été fatal au Maghreb, c’est parce que les pays ne nous laissaient pas distribuer nos propres terminaux. Ce n’est pas le cas en Afrique subsaharienne.

Votre progression passe-t-elle aussi par la poursuite de l’africanisation de vos contenus ?

L’africanisation de nos contenus correspond à notre stratégie de proximité. À partir du 3 juillet, nous offrirons 4 chaînes africaines supplémentaires (soit 22 au total) et une nouvelle série sud-africaine, The Wild. En outre, nous avons de nombreux projets en cours pour renforcer notre implication dans la production africaine. Des annonces sont prévues début 2013. L’autre pilier de notre offre reste le sport, et notamment le football. Malgré l’augmentation des droits de retransmission, notre portefeuille de droits sportifs ne sera pas revu à la baisse.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte