Politique économique

Angola : le gouvernement réduit la prévision de croissance en 2015

Vue de Luanda, la capitale de l'Angola. © Reuters.

L'économie de l'Angola va croître de 4 % cette année, contre un objectif précédent de 6 %, a annoncé le vice-président Manuel Vincente au Parlement le 15 octobre.

« La stabilité de l’économie angolaise a été affectée par plusieurs sources d’incertitude qui se posent au niveau international et qui ont une incidence négative sur le prix du pétrole brut », a-t-il expliqué.

L’économie angolaise subit de plein fouet le recul des cours du pétrole ( 2/3 des recettes fiscales et 95 % des recettes en devises). Le cours officiel de la devise nationale, le kwanza, a chuté de 30 % cette année officiellement – sur le marché noir il est plus faible de 70 % supplémentaires, rapporte Reuters.

Les recettes fiscales sont en net recul, poussant le pays à augmenter son endettement. Selon Manuel Vincente, la dette de l’Angola devrait grimper à 46 % du PIB cette année contre 32 % fin 2014.

Emprunts chinois

Luanda, qui a renoncé fin septembre à l’émission d’un eurobond de 1,5 milliard de dollars en raison du contexte défavorable sur les marchés internationaux, entend lever 2 milliards de dollars en devises sur son marché domestique, selon les informations rapportées par l’agence.

Par ailleurs, comme l’a annoncé Manuel Vincent aux députés, l’Angola a emprunté 6 milliards de dollars à la Chine pour financer des projets d’investissements en 2016-2017. Depuis 2003, Luanda a emprunté 14,5 milliards de dollars au moins à Pékin, selon Reuters.

« La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y aura pas de récession, mais seulement une légère décélération de la croissance de l’économie », a assuré le vice-président angolais.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte