Religion

Le Pape François demande pardon au nom de l’Église pour les scandales à Rome et au Vatican

Le pape François lors d'une messe, place Saint-Pierre, le 14 septembre 2014 au Vatican. © AFP

Le pape François a demandé mercredi pardon au nom de l'Eglise pour les scandales récents ayant secoué Rome et le Vatican, dans une démarche très rare pour un souverain pontife même s'il n'a pas été explicite sur les affaires visées.

« Je voudrais, au nom de l’Église, vous demander pardon pour les scandales qui ces derniers temps se sont produits aussi bien à Rome qu’au Vatican », a-t-il déclaré au début de son audience générale, sans autre précision.

« Je vous demande pardon », a-t-il insisté devant les milliers de pèlerins rassemblés sur la place Saint-Pierre. « Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive ! », a-t-il lancé en citant un verset de la Bible.

Le Vatican a récemment été secoué par plusieurs affaires très médiatisées comme le coming out d’un prélat polonais de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Krzysztof Charamsa, à la veille du synode sur la famille.

Une émission de télévision évoquait encore mardi soir les relations homosexuelles de certains prêtres à l’intérieur du Vatican dans le passé, accréditant l’existence d’un lobby gay au sein du petit État.

Scandale de pédophilie

Parmi les scandales figurent aussi l’affaire de l’ancien nonce polonais Józef Wesolowski, retrouvé mort – de cause naturelle selon l’autopsie – alors qu’il devait être le premier prélat jugé au Vatican pour actes pédophiles.

Tout récemment, les fuites sur une fronde de plusieurs cardinaux conservateurs dénonçant le fonctionnement du synode en cours sur la famille ont également fragilisé le pape.

Au-delà du Vatican, les propos du pontife argentin peuvent également faire allusion aux tensions avec le maire de la capitale italienne, Ignazio Marino, qui vient de démissionner.

Proximité de prêtres avec la mafia

François avait froidement critiqué M. Marino dans l’avion qui le ramenait des États-Unis et le Vatican a exprimé son mécontentement face à la lenteur des travaux de rénovation avant le Jubilé de la Miséricorde, pour lequel des millions de pèlerins sont attendus à partir de décembre.

La ville de Rome est également fortement secouée depuis un an par la révélation d’un vaste réseau de collusions mafieuses, même si l’Église ne semble pas impliquée.

Cet été, les funérailles triomphales d’un patron de la mafia, avec la bénédiction du curé de la paroisse, avaient également suscité la polémique.

Jean Paul II avait en son temps engagé l’Église dans une démarche de repentance spectaculaire pour la Shoah ou l’Inquisition, tandis que Benoît XVI et François ont demandé pardon pour les affaires de pédophilie ayant secoué le clergé.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte