Société

Sénégal – Tchad : quand l’épouse de Hissène Habré menace les parties civiles

Dans un communiqué rendu public mardi, le Comité international pour le procès équitable de Hissène Habré (CIJEHH) condamne l’« attitude belliqueuse » des partisans de l’ex-président tchadien qui multiplient « intimidation, menace, violence et agression » depuis l’ouverture du procès contre leur champion à Dakar. Dernière illustration en date : les menaces proférées par l’épouse de Habré à l’avocat des victimes.

Mis à jour le 14 octobre 2015 à 09:37

Hissène Habré, ex-président tchadien, le 3 juin 2015 à Dakar, au Sénégal. © AFP

La scène s’est déroulée le mardi 13 octobre à la sortie de la salle d’audience du Palais de justice de Dakar. À en croire le communiqué publié dans la foulée par le Comité international pour le procès équitable de Hissène Habré (CIJEHH), « Me Jacqueline Moudeina, avocate principale des victimes du régime de Hissène Habré et présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme (ATPDH), a aujourd’hui [mardi] été menacée par Fatimé Chahata Habré Bouteille », l’épouse de l’ex-président tchadien.

« C’est qui les a ramenés, tu vas le payer », aurait lancé l’ancienne première dame du Tchad à l’avocate, en faisant référence aux témoins à charge qui venaient de déposer contre son mari. Voulant éviter un incident, Clément Abaifouta, président de l’Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré (AVCRHH), s’est alors interposé entre les deux parties, mais « il a été immédiatement pris à parti par un partisan de l’ancien président qui a tenté de le le frapper, puis l’a empoigné », déplore le CIJEHH.

« Attitude belliqueuse » de partisans de Habré

Le comité dit « regretter l’attitude belliqueuse de certains partisans de Habré qui ont adopté la voie de l’agression plutôt que celle de la vérité et de la justice » et « condamne fermement toute intimidation, menace, violence et agression ».

Le CIJEHH rappelle également qu’« à plusieurs reprises, [certains partisans de Hissène Habré] ont troublé l’audience et un neveu de l’ancien président a déjà été condamné à 5 mois de prison ferme après avoir récidivé ». Il appelle les autorités sénégalaises à « tout mettre en place pour que le procès se déroule dans la sérénité ».