Justice

Football : Blatter et Platini suspendus pour 90 jours, Hayatou prend la tête de la Fifa

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 08 octobre 2015 à 16h47
Issa Hayatou

Issa Hayatou © Yun Jai-Hyoung/AP/SIPA

Sepp Blatter et Michel Platini ont été suspendus provisoirement 90 jours par la commission éthique de la Fifa, a annoncé l’organisation jeudi 8 octobre. Selon les statuts, c’est le Camerounais Issa Hayatou, vice-président senior, qui prend donc provisoirement la tête de l’organisation.

Après la suspension provisoire de Jérôme Valcke, Sepp Blatter et Michel Platini pour une durée de 90 jours par la commission éthique de la Fifa jeudi 8 octobre, le président de la Confédération africaine de football (CAF), le sulfureux Camerounais Issa Hayatou prend donc provisoirement la tête de l’organisation. Selon les statuts de la Fifa, le poste de président par interim revient en effet au vice-président le plus expérimenté et âgé de l’organisation, à savoir Issa Hayatou.

« En ces circonstances exceptionnelles, je reprends aujourd’hui, jeudi 8 octobre 2015, le poste de Président conformément aux articles 30, al. 6 et 32, al. 6 des statuts de la Fifa.  J’occuperai cette fonction uniquement à titre intérimaire. Le Congrès extraordinaire choisira le 26 février 2016 un nouveau Président et je ne serai moi-même pas candidat à cette élection », a déclaré le Camerounais dans un communiqué.

« Sachez qu’à compter d’aujourd’hui et jusqu’à la tenue de ce Congrès extraordinaire, je m’engage pleinement à assumer cette tâche et consacrerai tous mes efforts à l’organisation, les associations membres, nos employés, nos précieux partenaires ainsi qu’aux supporters du monde entier. La Fifa reste pleinement engagée dans le processus de réformes, lequel a besoin du soutien et de l’adhésion du public. Nous continuerons de coopérer pleinement avec les autorités et de suivre l’enquête interne, quelles que soient ses conclusions », a-t-il ajouté.

« Je n’ai peur de rien »

Sanctionné par le CIO pour avoir perçu, en 1995, plus de 15 000 euros versés par ISL, il est également mis en cause pour corruption dans l’attribution du Mondial 2022 au Qatar. « Je n’ai donné aucune consigne, et chacun a voté en son âme et conscience (…) Je n’ai peur de rien, car je n’ai rien fait. Ma conscience est tranquille », s’en défendait-il dans une interview accordée à Jeune Afrique en juin dernier.

Cette nomination provisoire a été confirmée par la Fifa, qui vient de frapper fort après la suspension des cadres de l’organisation. Une annonce particulièrement désastreuse pour Michel Platini, président de l’UEFA et jusque là favori pour succéder à Sepp Blatter, empêtré dans le scandale planétaire de corruption qui secoue la Fifa.

La candidature de Platini « pas automatiquement écartée »

La commission d’éthique vient donc de compliquer sérieusement la tâche de Michel Platini en annonçant sa suspension provisoire. Cette décision, qui peut être prolongée de 45 jours, concerne également le président de l’organisation, Joseph Blatter. Les deux hommes font en effet l’objet d’une enquête de la justice suisse pour un « paiement déloyal » de 1,8 million d’euros versé par la Fifa à Michel Platini.

Si la candidature de ce dernier à la tête de la Fifa, qui doit être déposée au 26 octobre, est très compromise, elle n’est pour autant pas « automatiquement écartée », a néanmoins annoncé l’organisation quelques instants après la suspension, assurant que la commission électorale serait amenée à juger de l’opportunité de sa candidature.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte