Politique

Guinée-Bissau : le président Vaz refuse le gouvernement proposé

José Mário Vaz, le 3 mars 2014, alors candidat à la présidentielle. © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

Après l'entrée en fonction du nouveau Premier ministre, le pays était en bonne voie pour sortir de la crise politique. Mais le gouvernement proposé par Carlos Correia a été rejeté mardi par le président Vaz.

S’agit-il d’une nouvelle épreuve de force entre le président José Mario Vaz et le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), son parti d’origine avec lequel il est depuis plus de deux mois à couteaux tirés ? Son refus mardi 6 octobre du gouvernement proposé par le Premier ministre Carlos Correia, également issu du PAIGC, en a tout l’air.

Trois semaines après la nomination de ce vétéran de la politique au poste de chef du gouvernement, Carlos Correia avait remis le 2 octobre une liste de ministres et secrétaires d’État au président. Proposition rejetée. « Le président demande à Carlos Correia de revoir sa liste de 34 membres car le budget de l’État ne permettra pas d’assumer un tel coût », explique un communiqué de la présidence.

L’ancien Premier ministre dans le futur gouvernement ? 

Autre raison évoquée : parmi les ministres proposés, une grande majorité sont issus de la précédente administration congédiée par le président le 12 août dernier lors de la destitution de l’ancien Premier ministre et leader du PAIGC, Domingos Simões Pereira. Ce dernier apparaît d’ailleurs dans la liste de Carlos Correia, à un poste qui en ferait l’une des principales figures du gouvernement.

Un point de crispation supplémentaire, tant la mésentente entre le président et Domingos Simões Pereira est notoire. « Le président et Carlos Correia doivent désormais se rencontrer pour discuter de la formation du gouvernement », explique un cadre du PAIGC, qui estime que Domingos Simões Pereira y a sa place. « Le président doit se souvenir qu’il peut certes donner son opinion, mais la composition du gouvernement reste une prérogative du Premier ministre », poursuit ce cacique du parti. Un consensus très attendu : depuis le début de la crise au début du mois d’août, la Guinée-Bissau est toujours sans gouvernement.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte